Recrutement mobile, Tendances RH

Intelligence artificielle et recrutement : quelles applications concrètes ?

Cela fait maintenant plusieurs années que l’on parle d’intelligence artificielle dans le recrutement. Les innovations dans ce domaine avancent lentement…

6 min

Selon une récente étude du cabinet Robert Walters sur l’intelligence artificielle et le recrutement, 39% des recruteurs aimeraient utiliser l’intelligence artificielle pour recruter leurs candidats.

Cela fait maintenant plusieurs années que l’on parle d’intelligence artificielle dans le recrutement. Les innovations dans ce domaine avancent lentement mais sûrement. En 2021, comment peut-on imaginer le futur du recrutement à travers le prisme de l’intelligence artificielle ?

Dans cet article, voyons les dernières applications de l’intelligence artificielle dans le recrutement.

1)     Le sourcing géré à 100% par une intelligence artificielle ?

14% des recruteurs déclarent déjà utiliser l’intelligence artificielle dans le recrutement. – Source : www.robertwalters.fr

L’intelligence artificielle est capable de gérer quasi-complètement tout le processus de recrutement : brief, sourcing, tri des CVs, entretiens et évaluation

Depuis maintenant quelques années, l’automatisation du recrutement est possible via plusieurs moyens. Certains logiciels de recrutement comme DigitalRecruiters sont déjà capables d’optimiser de nombreuses tâches administratives et fastidieuses afin de gagner du temps. L’intelligence artificielle fait également son apparition dans le recrutement depuis ces dernières années. Certaines applications ont montré qu’il était possible de gérer plusieurs phases du recrutement via cette technologie, comme le tri des CVs, ou même les entretiens de préqualifications.

Bonnes expériences pour certaines, d’autres avaient préféré faire marche arrière suite à quelques complications. Cependant, certains se permettent déjà de rêver plus loin pour imaginer un processus de recrutement encore plus automatisé. Ainsi, en mettant bout à bout ce qui existe déjà, le sourcing, le tri des candidatures, ainsi que les entretiens d’embauches peuvent déjà tous être gérés par une intelligence artificielle, en principe.

Aujourd’hui, plusieurs innovations nous montrent que l’on peut aller plus loin encore dans l’automatisation du recrutement. Par exemple, Google Duplex est un système servant «  d’assistant virtuel » pour la programmation de rendez-vous. Par cette innovation, Google nous démontre que la prise de rendez-vous peut être entièrement gérée par une intelligence artificielle.

Dans un futur très proche, pourquoi ne pas l’intégrer directement dans le processus de recrutement  ? Un autre exemple nous vient des États-Unis : Arya. C’est une plateforme de sourcing en ligne, qui intègre les fonctionnalités maintenant classiques de l’intelligence artificielle dans le recrutement. Cependant, Arya possède une petite nouveauté : la lecture des descriptifs de postes. Ainsi, il n’y a pas besoin de paramétrer le robot pour qu’il lance sa recherche; il suffit simplement de rentrer sn descriptif de poste pour que le sourcing fonctionne. Le gain de temps est donc encore plus considérable !

Autre exemple, selon le site gojob.com,  de grands groupes tels que Ikéa ou Pepsi utilisent le logiciel « Vera » qui sélectionne 10% des profils qui correspondent le plus à l’offre d’emploi proposée parmi 5 sites dédiés au recrutement.

L'intelligence artificielle (IA) vue par les candidats et recruteurs robertwalters.fr
L’intelligence artificielle (IA) vue par les candidats et recruteurs. – Source : robertwalters.fr

Ebook : Le coût d'un recrutement raté et ses impacts

Découvrez des chiffres stupéfiants dont on ne parle jamais et calculez le coût d’un recrutement pour votre entreprise.

Télécharger

2)     De meilleurs contacts sociaux

62% des candidats estiment que l’usage de l’intelligence artificielle dans le recrutement présente un risque de déshumanisation ou de manque de personnalisation. – Source : www.robertwalters.fr

L’amélioration des contacts humains préservera l’expérience candidat dans le recrutement

Le temps des conversations insensées avec des robots commence progressivement à disparaître. Au démarrage de la tendance des robots «  sociaux », les démonstrations étaient relativement simples : les algorithmes, ou les robots physiques, étaient capables de comprendre des expressions sommaires : « bonjour », « au revoir », « comment vas-tu ? ». Parfois, certains étaient en capacité de répondre, mais la conversation restait très limitée. Heureusement, grâce au machine learning, l’intelligence a bien évolué.

Aujourd’hui, l’amélioration considérable de la reconnaissance vocale combinée à un apprentissage intensif des robots sur les conversations humaines permet aux intelligences artificielles d’avoir des contacts sociaux beaucoup plus naturels, complexes et variés : ils reconnaissent mieux la voix, les différentes variantes d’un même message, et peuvent même détecter les émotions de l’interlocuteur.

En recrutement, ces nouvelles capacités joueront un rôle considérable dans un domaine : l’expérience candidat. En effet, si le recrutement prenait la direction de l’intelligence artificielle, il y aurait probablement une réticence tout à fait compréhensible, de la part des candidats. Par exemple, est-ce qu’une intelligence artificielle serait capable de réagir de façon convenable et éthique face à un candidat stressé  ? Bien sûr, la priorité serait alors de ne pas tomber dans l’excès, en garantissant toujours un contact humain dans le processus. Cependant, la qualité du contact social de l’intelligence artificielle sera également un paramètre fondamental pour garder une expérience candidat acceptable.

3)     L’apprentissage via les précédents recrutements : le   nouveau défi de l’IA   

Pour 41% des recruteurs, l’intelligence artificielle représente un gain de temps et d’argent. – Source : www.robertwalters.fr

Les biais humains d’aujourd’hui ne devront pas être reproduits par les robots de demain

Vous souvenez-vous de l’intelligence artificielle d’Amazon  ? Cet algorithme, développé en 2014, était utilisé pour le recrutement des développeurs informatiques. 3 ans plus tard, le système est abandonné à cause d’un problème conséquent : la discrimination des femmes. En effet, en raison de la prédominance masculine dans ce type de métiers, le robot en avait conclu que les CVs d’hommes étaient de meilleurs choix que les CVs de femmes. Ainsi, il reproduisait les mêmes biais que l’on observe habituellement chez les recruteurs, mais en pire. C’est ici que l’intelligence artificielle doit relever un défi en 2021 : améliorer l’apprentissage sur les recrutements. 

Si les autres innovations autour de l’intelligence artificielle semblent parfois lointaines et difficilement atteignables, celui de l’amélioration de l’apprentissage est bien actuel. C’est en s’attardant sur cette problématique fondamentale que l’avancement de l’intelligence artificielle dans le recrutement pourra se faire. À terme, tous les risques de « clonage », discrimination, de biais ou de manquements dans l’évaluation devront être résolus pour donner un réel avenir à l’intelligence artificielle dans le recrutement.

En 2021, on assiste à la multiplication des applications de l’intelligence artificielle dans de nombreux domaines. Ainsi, les principales innovations ne se trouvent pas encore dans le recrutement, mais laissent à penser qu’il ne manque pas grand-chose pour avoir un recrutement 100% automatisé. L’obstacle majeur reste encore une fois la reproduction des biais humains : n’oublions pas que même si l’intelligence est artificielle, elle ne peut que refléter les qualités et les défauts de son créateur : l’humain.

Ebook : Les promesses du Big Data en matière de recrutement

Big Data, petit tour d’horizon entre magie et réelles avancées…

Télécharger

 

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Spécialisée en recrutement digital et marketing RH, Dalale a accompagné des décideurs dans le déploiement de leur stratégie de recrutement et de marque employeur avant de rejoindre DigitalRecruiters en tant que Responsable Content Marketing. Diplômée de la Burgundy School of Business, elle est par ailleurs spécialiste des technologies dédiées au recrutement et à la gestion des candidatures en mode SaaS.