Marque employeur

Qualité de vie au travail : comment concilier vie privée et vie professionnelle ?

D’après le baromètre BVA – BPI Group sur la QVT, 30% des salariés français ne sont pas satisfaits de leur…

8 min

D’après le baromètre BVA – BPI Group sur la QVT, 30% des salariés français ne sont pas satisfaits de leur équilibre vie privée et vie professionnelle (« La santé et le bien-être au travail des salariés français », 2019)

La Qualité de vie au travail (QVT) s’intéresse à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Un besoin qui se fait de plus en plus ressentir à l’heure où le numérique permet de travailler depuis chez soi et où la densification des villes augmente les contraintes liées aux transports. 

En 1930, l’économiste Keynes prédisait qu’au 21ème siècle, nous n’aurions besoin de travailler que 15 heures par semaine avec les gains de productivité. Or, de nos jours, les horaires de travail ne diminuent pas et tendent même à se rallonger. D’après une récente enquête de la DARES sur les cadres et professions intellectuelles supérieures, en France, la semaine de travail des cadres a augmenté, passant de 42,6 à 44,1 heures par semaine entre 2003 et 2011. Comment réussir à concilier temps de travail et temps pour soi? 

L’analyse et la prise en compte de la qualité de vie au travail, et plus particulièrement de la recherche de l’équilibre vie privée – vie professionnelle, est un enjeu aussi bien pour les salariés que pour l’entreprise. Dans l’article suivant, découvrez comment concilier vie privée et vie professionnelle.

1) Équilibre vie privée et vie professionnelle, une tendance qui se généralise à juste titre

43% des salariés et 59% des cadres travaillent plus que ce qui est prévu par leur contrat (enquête OpinionWay 2018 pour Horoquartz)

Concilier vie privée et vie professionnelle, une priorité pour les candidats !

Les candidats et les salariés affirment de plus en plus leur volonté de concilier vie privée et vie professionnelle. D’après l’étude « Le recrutement et la recherche d’emploi en 2019 » publiée par RégionsJob, la distance entre le domicile et le lieu professionnel arrive en tête des critères de sélection pour postuler à une offre d’emploi devant la rémunération pour 46% des sondés ; tandis que la flexibilité des horaires arrive en tête du « package idéal » de recrutement pour 52% des candidats interrogés. 

On retrouve des disparités entre les hommes et les femmes

Les femmes aspirent plus que les hommes à des aménagements permettant d’équilibrer vie privée et vie professionnelle notamment en ce qui concerne la flexibilité des horaires. En effet, d’après une enquête réalisée en 2018 par OpinionWay pour Horoquartz, elles sont 85% contre 77% d’hommes à demander plus de flexibilité d’horaires. Un chiffre qui s’explique par le fait qu’elles sont encore majoritairement en charge du foyer et de l’éducation des enfants.

Dans un autre registre, d’après la publication 2019 DARES « Conciliation difficile entre vie familiale et vie professionnelle », à temps de travail égal et responsabilités similaires, les femmes ont 20% de probabilité en plus de subir des reproches de leur entourage par rapport à leur manque de disponibilité ou si leur travail déborde sur leur vie privée que les hommes. Il en est de même en ce qui concerne le temps de trajet. Les femmes dont le trajet quotidien pour se rendre au travail est compris entre 31 à 60 minutes subissent plus de reproches de leur entourage que les hommes pour une même durée de trajet.

Le manque d’équilibre vie privée – vie professionnelle et son impact sur la santé

D’après une étude menée par l’hôpital Raymond-Poincaré, deux universités françaises et l’Inserm, travailler plus de 10 heures par jour au moins 50 jours par an augmente le risque de faire un AVC de 29%. D’où l’intérêt aussi bien pour les salariés que pour les employeurs à ne pas encourager les journées de travail denses. L’étude BVA – BPI Group 2019 « Baromètre des salariés – La santé et le bien-être au travail » révèle qu’environ un tiers des salariés français considèrent avoir une charge de travail trop importante et que 52% des salariés interrogés ont ressenti une fatigue liée à une surcharge de tâches multiples.

Les effets pervers de la dématérialisation sur l’équilibre vie privée – vie professionnelle

Une étude publiée en 2018 par Eleas révèle que 66% des jeunes salariés utilisent leurs outils numériques professionnels le soir et 58% le week-end. Cette tendance peut conduire au développement de troubles de santé en raison d’un phénomène de « surconnexion » d’où l’intérêt pour les employeurs de faire appliquer le droit à la déconnexion dans leur entreprise qui est pourtant inscrit dans la loi mais peu appliqué.

2) Comment favoriser l’équilibre vie privée – vie professionnelle au quotidien ?

9 salariés sur 10 considèrent que le manager direct est le garant de l’équilibre des horaires (enquête OpinionWay 2018 pour Horoquartz)

Compter sur le manager, garant des horaires de travail

D’après l’enquête publiée par OpinionWay pour Horoquartz en 2018, près de 90% des salariés comptent sur leur manager direct pour garantir l’équilibre des horaires et ainsi favoriser l’équilibre vie privée et vie professionnelle. Le manager joue donc un rôle pivot pour accompagner les salariés dans leur gestion du temps de travail. À lui par exemple de donner un volume de tâches quotidiennes raisonnable ou de vérifier que les salariés ne font pas trop d’heures supplémentaires. Il peut également recadrer un salarié qui ne sait pas s’arrêter de travailler par peur d’être mal vu, ce que l’on pourrait appeler le présentéisme à l’excès, ou encore proposer des modules de formation pour aider les salariés à aller plus vite en maîtrisant parfaitement les outils numériques dont ils disposent.

Favoriser la flexibilité des horaires et le télétravail partiel

La flexibilité des horaires arrive en tête des moyens proposés pour concilier vie privée et vie professionnelle tandis que le télétravail permet de perdre moins de temps dans les transports en travaillant un à deux jours par semaine depuis son domicile. 

De plus en plus d’entreprises mettent au point un système de « plages horaires » pour arriver et partir du travail. Ces plages horaires ont l’avantage d’assurer un minimum d’effectif sur les heures d’ouverture au public pour recevoir les appels tout en rendant le traditionnel « 9h-17h » moins rigide. Un atout aussi bien pour les salariés qui viennent en voiture et n’ont aucun contrôle sur la durée de leur trajet à cause des embouteillages que pour les salariés qui viennent en transports en commun et sont restreints par les heures de passage des bus.

Source : Ebook “Qui sont ces salariés qui voudraient plus de souplesse dans leurs horaires de travail ?”,
Source : Ebook “Qui sont ces salariés qui voudraient plus de souplesse dans leurs horaires de travail ?”, 2018 – lipsafari.com

Encourager ses salariés à avoir des activités en dehors du travail

Dans le cadre du classement 2019 Great Place To Work®, nous avions découvert l’entreprise Salesforce qui offre à ses salariés un budget mensuel de 100€ pour s’inscrire à une salle de gym ou à des soins de type massages. Cette proposition, qui permet de préserver la santé physique des salariés, permet également de les encourager à profiter de leur vie en dehors du travail. Une entreprise peut donc mettre en place des actions qui visent à favoriser les activités en dehors du temps de travail ou les moments passés en famille.

Être à l’écoute des besoins des salariés 

D’une manière générale, les conditions qui créent l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle sont très différentes d’un salarié à l’autre car ils n’ont pas les mêmes contraintes personnelles. Elles peuvent également évoluer en fonction du contexte, quand un membre de la famille est hospitalisé par exemple. D’après l’étude OpinionWay, ce sont surtout les personnes de 40 à 60 ans qui demandent à avoir plus de flexibilité d’horaires (83%) tandis que celles de plus de 60 ans sont les moins demandeuses (74%). 

Une entreprise peut tout d’abord réaliser un sondage en interne sur les attentes des salariés en matière d’équilibre vie privée et vie professionnelle pour avoir une idée générale, mais également permettre aux salariés de s’exprimer régulièrement sur leurs difficultés en ouvrant une permanence hebdomadaire afin de proposer des solutions individualisées. 

Sensibiliser les salariés à l’équilibre vie privée et vie professionnelle

Enfin, une entreprise peut organiser des rencontres avec des représentants de la médecine du travail afin de sensibiliser les salariés sur la qualité de vie au travail et sur les risques de la fatigue au travail, de la surconnexion et du surinvestissement. Par peur de décevoir, certains salariés s’oublient complètement et donnent une priorité totale à leur travail ce qui n’est bon ni pour l’entreprise ni pour le salarié puisque cela favorise les risques psycho-sociaux et les arrêts maladie.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc « Les outils permettant d’améliorer la qualité (efficacité et efficience) du recrutement » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Unsplash

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Spécialisée en recrutement digital et marketing RH, Dalale a accompagné des décideurs dans le déploiement de leur stratégie de recrutement et de marque employeur avant de rejoindre DigitalRecruiters en tant que Responsable Content Marketing. Diplômée de la Burgundy School of Business, elle est par ailleurs spécialiste des technologies dédiées au recrutement et à la gestion des candidatures en mode SaaS.