Management, Tendances RH

Leadership féminin : définition et exemples

Malgré la libération sexuelle, culturelle et technologique, les femmes n’ont pas suivi la même direction que les hommes sur le…

7 min

Malgré la libération sexuelle, culturelle et technologique, les femmes n’ont pas suivi la même direction que les hommes sur le plan professionnel. Souvent prisonnières de leur inconscient, de leurs croyances limitantes et de leur autocensure, les femmes doivent continuellement se battre pour aller au bout d’elles-mêmes. C’est pourquoi l’empowerment au féminin, à travers le leadership, est indispensable pour donner aux femmes les outils et les méthodes pour briser les traditions, challenger le statu quo et oser s’affirmer dans le monde professionnel. 

Qu’est-ce que le leadership féminin ?

Il est toujours bon de rappeler qu’en équivalent temps plein, les hommes touchent 23 % de plus que les femmes. Tous temps de travail confondus, le pourcentage monte à 25,7 %. Des inégalités connues depuis longtemps qui ont pourtant du mal à se réduire. La solution pourrait donc venir du leadership féminin. C’est-à-dire de la capacité à faciliter l’accès des femmes à des fonctions de leader afin de piloter des projets, manager des équipes et diriger des services. 

La notion de leadership féminin est un sujet sensible, comme toutes les questions qui touchent au genre. En effet, il n’existe pas deux types de leadership opposé, l’un masculin qui est direct, simple, parfois brutal, et l’autre féminin, tout en rondeur, en émotions et en équilibre. La question de fond est de savoir comment stimuler la notion de leadership auprès des collaboratrices de votre organisation. En effet, le leadership et la confiance en soi sont des sujets clés pour réussir dans sa vie personnelle et professionnelle. On ne naît pas leader : on le devient. Et si on peut laisser aux femmes la possibilité de s’épanouir et d’évoluer dans une entreprise, il sera naturellement plus facile de faire émerger des talents de leader.

Un leader repose sur deux conditions : les émotions et la situation. C’est une personne capable d’exprimer ses émotions, de construire une relation de confiance, et de donner envie d’être suivi. La situation dépend du contexte. En effet, on est rarement un leader quand tout va bien. Ainsi un leader n’est pas forcément un manager, et un manager n’est pas nécessairement un leader. Un leader doit ainsi être capable de mener ses troupes dans les difficultés, de motiver et de rassembler les gens autour d’un but commun.

Le second critère lié au leadership, c’est la question de la gestion des émotions, de l’empathie et de l’écoute active. Des soft skills que l’on retrouverait davantage chez les femmes et qui permettraient de mieux percevoir et d’exprimer les émotions, de les comprendre, et de les réguler chez soi et chez les autres. À titre d’exemple, on peut citer Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise depuis 2017, qui fait partie de ces femmes qui transforment la politique. Compatissante, à l’écoute, et empathique, elle dira elle-même que « l’une des critiques auxquelles j’ai dû faire face au fil des ans est que je ne suis pas assez agressive ou assertive ou que, d’une certaine manière, parce que je suis empathique, cela signifie que je suis faible. Je me rebelle totalement contre cela. Je refuse de croire qu’on ne peut pas être à la fois compatissant et fort. ​»

Si la notion de leadership est clairement documentée, celle du leadership féminin repose beaucoup sur des stéréotypes de genre. Pourtant, il est possible de les dépasser pour encourager l’empowerment des femmes dans votre organisation.

Comment développer le leadership au féminin dans votre organisation ?

Le but est de rééquilibrer des inégalités qui persistent dans notre société et qui empêchent de trouver un juste équilibre entre les femmes et les hommes au niveau des postes à responsabilité. 

Donner l’exemple au niveau du top-management

Si votre comité de direction et vos comités d’exploitation ne sont pas paritaires, vous envoyez un mauvais signal. Dire que vous faites du leadership féminin une priorité est une chose, mais le montrer est autre chose. Il faut donc nommer des femmes à des postes de direction de manière active pour inciter tous les services à s’investir vers davantage de parité.

Faire des soft skills une priorité

On suppose que les femmes ont davantage de soft skills que les hommes. Derrière cet a priori, il faut surtout tout faire pour développer le soft skills de tous vos collaborateurs. En matière de recrutement, c’est également un sujet clé afin de savoir détecter et intégrer les savoir-être dans vos processus de recrutement. Un outil comme un ATS peut vous faciliter le travail en centralisant les données de vos candidatures au sein d’une plateforme unique.

Former, accompagner, coacher et mentorer

L’accompagnement au changement joue un rôle clé dans le leadership au féminin. Il est donc essentiel de former en continu vos équipes, féminines comme masculines, sur ces sujets sociétaux complexes. Les femmes doivent aussi combattre certains schémas mentaux hérités du passé. Ainsi, les formations qu’elles choisissent seront toujours plus efficaces si elles servent un objectif professionnel et non pas parce qu’il faut le faire. Ce qui compte, c’est de passer en mode « lean ​» pour progresser plus vite. Cela veut dire : 

  • Apprendre des choses utiles pour elles ou pour leur travail.
  • L’appliquer immédiatement à des situations réelles.
  • Optimiser, améliorer et affiner vos compétences (lectures, mentoring, recherche…).
  • Recommencer.

Le lean learning permet de gagner en adaptabilité et en souplesse intellectuelle afin de développer des connaissances sur des problématiques techniques du quotidien. Pour aller plus loin, des ateliers et des sessions de coaching et de mentorat permettent d’encourager le partage, notamment entre les femmes, afin d’échanger autour de bonnes pratiques et de conseils clés pour maîtriser tous les leviers organisationnels permettant de s’épanouir pleinement dans une organisation.

S’assumer en tant que femme et leader

Réussir en tant que femme impose une certaine forme de rigueur compte tenu des habitudes du passé. Pour faire la différence et encourager d’autres à suivre cette voie, il existe des bonnes pratiques utiles à mettre en application :

  • Assumer une liberté de ton et d’action pour ne pas avoir peur de dire et de faire ce qui semble juste, tout en se libérant du regard des autres.
  • Ne laisser passer aucune remarque, aucun commentaire et aucune situation inappropriés, sous le prétexte de l’humour.
  • Vivre le moment présent et ne pas analyser à outrance tout ce qui est dit ou fait.
  • Apprendre à être curieuse, ouverte et ne pas juger les personnes de son environnement personnel et professionnel.
  • Apprendre de ses erreurs et ajuster son comportement en conséquence.
  • Définir des objectifs clairs : que faire dans les 12 prochains mois ? Où être dans 2 ou 5 ans ? Et avec quelles compétences ?

Le leadership féminin fait partie de ces sujets transformationnels au même titre que les questions de diversité, d’inclusion, de transformation organisationnelle et de digitalisation. Des changements qui impactent la société et les entreprises, et qui doivent être appréhendés, notamment dans le cadre d’une stratégie de marque employeur afin de valoriser son image et son positionnement, et ainsi créer un cercle vertueux.

Crédit photo   :  Pexels

Découvrez l'ATS tout-en-un DigitalRecruiters

Découvrez notre solution Manage : gestion du recrutement, des annonces, multidiffusion, maintien et activation du vivier…

Découvrir

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Directrice au sein de la Fondation FACE (Fondation Agir Contre l'Exclusion), Dalale dirige le Club des entreprises socialement engagées de Seine-Saint-Denis et sensibilise acteurs privés et publics aux enjeux de recrutement inclusif et de diversité en entreprise. Ancienne Head of Content chez DigitalRecruiters, elle est aujourd'hui ambassadrice du Lab'DR, une communauté d'experts qui partage réflexions et bonnes pratiques sur le blog. Dalale est par ailleurs co-auteur de plusieurs ouvrages dédiés au digital appliqué aux RH, à la marque employeur et au recrutement responsable et éthique, sujets sur lesquels elle intervient régulièrement en tant que conférencière.