Conseils Recrutement

Comment tester le niveau de langue en entretien ?

D’après l’étude 2015 du projet LEMP (Langue et employabilité), un tiers des entreprises ont des difficultés à recruter un postulant…

7 min

D’après l’étude 2015 du projet LEMP (Langue et employabilité), un tiers des entreprises ont des difficultés à recruter un postulant ayant les compétences linguistiques requises pour le poste visé !

L’ouverture des marchés à l’international implique une nécessité grandissante de recruter des profils qui maîtrisent au moins une langue étrangère. Cependant, analyser le plein potentiel d’un candidat dans ce domaine peut s’avérer périlleux au cours de l’entretien. Le besoin en recrutement sera différent s’il vise des fins techniques, commerciales ou culturelles et le test de niveau de langue devra être revu en fonction de chaque situation. En effet, les conséquences d’un mauvais recrutement peuvent coûter cher à l’entreprise et à sa réputation auprès des partenaires commerciaux.

Dans cet article, des conseils à destination des recruteurs pour tester le niveau de langue des candidats en entretien !

Préparez l’entretien du profil multilingue

Plus de 53% des utilisateurs français qui apprennent l’anglais sur le site Babbel pensent que la maîtrise d’une langue étrangère est favorable à l’évolution de leur carrière !

Gagnez du temps en amont

Définir les besoins : Il est important de commencer par définir clairement les besoins du poste. Faut-il converser de temps en temps avec quelques clients pour s’attirer leur sympathie ? Faut-il au contraire rédiger des contrats très pointus à plusieurs millions d’euros ? Faut-il connaître du vocabulaire courant, technique, professionnel ? Autant de questions qui permettront de déterminer le profil recherché par l’entreprise. Si le candidat n’a pas une maîtrise parfaite de la langue mais que l’on compte sur lui pour rédiger quelques courriers et/ou mails dans l’année, il pourra s’en sortir malgré un niveau moyen. À l’inverse, effectuer 80% de sa journée de travail dans une langue étrangère peut s’avérer éprouvant pour une personne n’ayant pas les compétences linguistiques nécessaires. Il faudra se montrer exigeant lors de la sélection et s’assurer que le candidat est capable de gérer différentes situations impliquant un niveau de langue conversationnel voire bilingue.

On peut également s’interroger sur la nécessité de maîtriser l’exercice oral aussi bien que l’écrit. Il est tout à fait possible de parler couramment chinois sans maîtriser l’utilisation des caractères complexes à l’écrit, ainsi, prenez le temps de bien définir les compétences exigées par le poste en concertation avec des personnes qui en connaissent bien la teneur et les difficultés.

Identifier les compétences réelles du candidat : Le CV du candidat renferme les premiers indices de sa maîtrise des langues étrangères à condition de se montrer prudent. Le niveau indiqué par le candidat n’est pas nécessairement fiable dans la mesure où certaines personnes se surestiment tandis que d’autres auront tendance à se sous-estimer. En revanche, on trouvera des éléments de réponse factuels par d’autres biais, notamment les scores obtenus à des tests de langues reconnus et officiels. Le candidat affiche-t-il de bons résultats sur des tests de langue standardisés comme le TOEFL en anglais ou le DELE en espagnol ? Dans ce cas, il convient de se référer à l’échelle des scores afin de savoir où situer le candidat. Évoque-t-il des expériences particulières ou des séjours à l’étranger ? Il peut avoir effectué des échanges linguistiques dans le cadre de son cursus scolaire ou encore avoir travaillé à l’étranger : ces informations illustrent un réel niveau de langue et démontrent la capacité d’un candidat à évoluer dans un environnement culturel différent.

Externaliser le test : Certains sites internet spécialisés proposent de tester le niveau de langue de votre candidat. Ce dernier est contacté par mail, effectue des tests écrits et oraux à l’aide d’un micro et de vidéos et vous recevez directement le résultat de son évaluation. Cela permet de gagner un certain temps, cependant la gestion du contenu des questions est standardisée, de ce fait cet outil présente des limites lors de l’évaluation d’un vocabulaire très technique et spécialisé. Vous avez le choix de faire passer le test avant ou après l’entretien en fonction de vos priorités, toutefois il est conseillé de le faire avant afin de filtrer les candidats ne présentant pas le niveau minimum requis pour le poste.

Mener l’entretien dans une langue étrangère : méthodes et astuces

Plus de 67% des entreprises utilisent l’entretien en langue étrangère pour l’évaluation des compétences linguistiques (étude LEMP 2015) !

S’exprimer en face à face

Test oral pendant l’entretien : Rien de plus efficace qu’une conversation pour mesurer rapidement le potentiel de votre candidat. Adaptez votre approche en fonction de vos besoins. Pour un poste où un niveau de langue moyen suffit, posez des questions simples et directes au candidat. Il peut se présenter et parler de son parcours professionnel, cependant, gardez en tête qu’à partir du moment où vous n’abordez pas des aspects techniques, le candidat aura eu tout le temps de préparer ses réponses grâce aux conseils que l’on trouve en ligne.  Il pourrait ainsi afficher une assurance différente de la réalité, ainsi, faire intervenir un opérationnel capable d’évaluer le niveau de langue technique peut être une solution pour jauger l’aisance réelle du candidat à l’oral.

Pour un poste où un bon niveau de langue est requis, préparez des questions originales et imprévues qui inviteront le candidat à improviser des réponses. Vous pouvez également simuler une situation professionnelle régulièrement rencontrée sur le poste afin de tester la capacité d’adaptation du candidat. Confronté à l’inattendu, votre candidat ne pourra pas cacher son jeu bien longtemps et vous aurez un meilleur aperçu de ses compétences linguistiques !

Test écrit pendant l’entretien : Si le poste requiert une bonne aisance rédactionnelle, vous pouvez également proposer un test écrit sur la base d’un QCM ou d’exercices d’expression rédigés par l’entreprise. En soumettant le test au cours de l’entretien, vous pourrez vérifier la rapidité et la réactivité de votre candidat et discuter ensemble des points à améliorer. Gardez en tête que des lacunes en vocabulaire seront plus faciles à surmonter que des problèmes de grammaire et d’orthographe !

De plus, préparer l’entretien avec des opérationnels en interne vous permettra de maîtriser davantage le contenu technique. De ce fait, vous testerez votre candidat sur les aspects qui vous intéressent particulièrement et il sera plus aisé pour vous de vérifier la maîtrise effective du vocabulaire professionnel technique demandé.

Pour aller plus loin : Assurez-vous de faire passer l’entretien en langue étrangère par une personne compétente. Tester le candidat au cours d’une conversation dans une langue où l’on rencontre soi-même des difficultés pourrait faire perdre toute crédibilité à l’entreprise et votre évaluation pourrait manquer d’objectivité.

En entretien physique, vous pouvez ainsi switcher entre différentes langues afin de tester le niveau de langue étrangère du candidat. Attention toutefois à bien prévenir le candidat si vous prévoyez de lui faire passer des tests écrits. En effet, la loi oblige les recruteurs à prévenir en amont les candidats dans le cadre de proposition de tests écrits, techniques ou linguistiques. Certains recruteurs testent le niveau de langue par téléphone pour filtrer d’emblée les candidatures ne correspondant pas au niveau exigé, c’est le cas notamment des postes à dominante internationale où la langue étrangère est la langue de travail !

Selon l’Economist Intelligence Unit (EIU), les malentendus linguistiques favoriseraient l’échec de plus de la moitié des transactions commerciales, il convient de ce fait d’être doublement plus prudent dans la sélection de la nouvelle recrue affectée au secteur international !

Enfin, n’oubliez pas qu’une mauvaise maîtrise du français peut également avoir des répercussions dramatiques sur l’image de votre société. Pour tester le niveau de français de vos candidats, il existe des tests officiels comme notamment le certificat Voltaire qui vous permettra d’évaluer leurs compétences en orthographe ou encore en grammaire !

Si cet article vous a plu je vous invite à télécharger notre livre blanc « Innover dans ses recrutements ? » ou à nous contacter directement.

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Spécialisée en recrutement digital et marketing RH, Dalale a accompagné des décideurs dans le déploiement de leur stratégie de recrutement et de marque employeur avant de rejoindre DigitalRecruiters en tant que Responsable Content Marketing. Diplômée de la Burgundy School of Business, elle est par ailleurs spécialiste des technologies dédiées au recrutement et à la gestion des candidatures en mode SaaS.