Expérience Candidat, Tendances RH

Empathie et recrutement : pourquoi les recruteurs doivent-ils faire preuve d’empathie avec les candidats ?

En matière de recrutement, l’empathie vient enrichir la relation qui se noue entre un candidat et un recruteur. Le but…

6 min

Alors que la technologie a transformé le processus de recrutement, celui-ci a parfois été poussé à l’extrême causant une déshumanisation qui implique une absence totale de contact humain, des notifications impersonnelles, voire aucune communication ni mise à jour. Ces mauvaises pratiques ont un impact sur la marque employeur en raison du décalage qui existe entre les promesses affichées sur le site carrières et la réalité vécue par le candidat. Il est donc urgent de ramener de l’humain dans le recrutement et de faire preuve de plus d’empathie, en utilisant la technologie à bon escient pour créer de la valeur et gagner du temps, tant pour le candidat que pour le recruteur.

Qu’est-ce que l’empathie en matière de recrutement ?

L’empathie est une qualité comportementale que l’on retrouve souvent parmi les soft skills les plus demandées en entreprise. Une personne empathique est une personne qui est capable de comprendre son interlocuteur en se mettant à sa place, sans la juger, et en créant une relation de confiance honnête et sincère. Quand on parle d’empathie, on parle d‘intelligence émotionnelle. Il faut savoir ce que ressent l’autre afin de voir les choses de son point de vue. 

En matière de recrutement, l’empathie vient enrichir la relation qui se noue entre un candidat et un recruteur. Le but est d’instaurer la meilleure relation possible, d’avoir une posture d’ouverture et de créer un climat de confiance et de bienveillance. C’est une démarche indispensable en entretien de recrutement, mais elle est aussi utile dans le cadre de conférences et présentations professionnelles, d’ateliers de préparation, ou encore d’événements professionnels comme des forums emplois ou forums entreprises dans les établissements de formation.

On ne devient pas empathique du jour au lendemain. Pire, forcer le trait et se prétendre empathique ne conduira qu’à la méfiance. En effet, parce qu’on interagit avec les émotions humaines, il est très difficile de se créer un personnage et de se mettre dans la tête d’une autre personne. En général, les personnes empathiques ont une tendance naturelle à :

  • écouter réellement ce que les autres ont à dire ;
  • comprendre ce que ressentent les autres ;
  • être sollicité pour donner des conseils ;
  • aider les personnes qui souffrent ;
  • identifier les personnes qui trichent avec leurs émotions ;
  • se soucier des autres.

Les obstacles à l’empathie

Les obstacles à l'empathie

Si l’empathie provient notamment de la personnalité, des expériences vécues, des discussions, des échanges, et d’une bonne connaissance de soi, il existe des obstacles qui empêchent d’être empathique. Pour les surmonter, un coach ou un mentor peuvent être d’une grande aide, tout comme certaines approches liées au développement personnel et professionnel.

Le premier obstacle est lié aux préjugés cognitifs sur les personnes qui nous entourent. Le principe consiste à attribuer les échecs des autres à des caractéristiques internes (c’est de leur faute), tout en rejetant ses propres défauts sur des facteurs externes (ce n’est pas de ma faute). Un autre obstacle à l’empathie est lié à la différence perçue entre les personnes. Parce qu’un candidat est différent d’un recruteur selon son référentiel (parcours académique, professionnel, manière de s’exprimer, expériences internationales, etc.), ce dernier tend à s’éloigner du candidat, car il ne parvient pas à se connecter émotionnellement avec une personne différente. Ici, la question de la diversité est essentielle. Plus on côtoie des personnes qui nous ressemblent, plus on s’enferme dans ses préjugés sans remettre en question ses schémas mentaux. 

En quoi l’empathie peut transformer un processus de recrutement ?

Face à un recruteur qui est à l’écoute, ouvert et bienveillant, le candidat sera plus disposé à s’exprimer librement à propos de lui, de ses succès, mais aussi de ses échecs et de ses difficultés. Cette liberté de parole et de ton est précieuse, car elle permet de faciliter la relation émotionnelle entre le candidat et le recruteur. Le but n’est surtout pas de manipuler le candidat, mais au contraire de mieux cerner certains aspects de sa personnalité, et notamment son savoir-être. Dans un recrutement empathique, le recruteur est en mesure d’apprécier au plus près le candidat, ses valeurs et la manière dont il peut s’aligner avec la mission de l’entreprise.

Un entretien de recrutement est un moment de stress intense chez certaines personnes. Un recruteur empathique est alors capable de désamorcer la situation, de faire retomber la pression et de favoriser une communication saine et directe en donnant l’occasion au candidat d’être une meilleure version de lui-même. Face à la pression, il est facile de perdre pied, de ne plus contrôler son langage corporel, de perdre le fil de sa pensée et de bafouiller. Le recruteur empathique vient ici limiter l’anxiété générée par l’événement afin de juger tous les candidats sur un pied d’égalité.

Comment faire pour rendre votre processus de recrutement plus empathique ?

Pour rendre vos recrutements plus empathiques, il existe différentes bonnes pratiques que vous pouvez mettre en place dans votre entreprise :

  • Avoir le soutien de la direction générale : si le top-management est conscient de l’impact et de l’importance de la bienveillance, de l’écoute, de la confiance et de l’empathie, il y a fort à parier que ces valeurs infusent dans toutes les strates de l’organisation. Une culture d’entreprise empathique se voit et se ressent.
  • Rester humble : aucune entreprise n’est parfaite et les candidats en ont conscience. Il vaut mieux privilégier l’humilité et l’authenticité, en ne survendant pas les offres d’emploi ou les conditions de travail, et en reconnaissant les progrès accomplis et le chemin qu’il reste à faire. Cette quête de sens est essentielle pour les candidats à la recherche d’une entreprise « vraie » et altruiste.
  • Être à l’écoute des candidats : le recruteur doit mettre le candidat dans les meilleures dispositions pour lui permettre de se révéler. Il faut donc le mettre à l’aise et le laisser parler afin de comprendre ses aspirations et ses besoins. C’est indispensable dans un recrutement, mais aussi dans la vie de l’entreprise où la capacité d’écoute joue un rôle clé dans les relations interpersonnelles. 
  • Afficher et partager ses valeurs : la bienveillance et l’empathie ne doivent pas dépendre uniquement des qualités individuelles des recruteurs, mais être affichées et défendues. Ce doit être le cas sur les offres d’emplois, le site carrières, ou encore les contenus partagés en ligne et sur les réseaux sociaux.

Le recrutement empathique permet de sélectionner de meilleurs candidats pour un poste en étant capable d’aller au-delà de ce qui est exprimé traditionnellement dans un entretien. En tant que valeur clé, l’empathie joue aussi un rôle dans le parcours candidat, afin que chaque interaction et point de contact facilitent l’envie, la motivation et la confiance des futurs talents.

Crédit photos : Pexels

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Spécialisée en recrutement digital et marketing RH, Dalale a accompagné des décideurs dans le déploiement de leur stratégie de recrutement et de marque employeur avant de rejoindre DigitalRecruiters en tant que Responsable Content Marketing. Diplômée de la Burgundy School of Business, elle est par ailleurs spécialiste des technologies dédiées au recrutement et à la gestion des candidatures en mode SaaS.