Blog, Expérience Candidat

Peut-on recruter sans faire passer d’entretiens ?

Les entretiens sont encore considérés comme efficaces pour plus de 80% des professionnels interrogés (enquête LinkedIn, « Réinventer l’entretien », 2018) Confrontées…

6 min

Les entretiens sont encore considérés comme efficaces pour plus de 80% des professionnels interrogés (enquête LinkedIn, « Réinventer l’entretien », 2018)

Confrontées à un contexte économique très changeant et au développement rapide des nouvelles technologies, les entreprises cherchent des solutions pour pallier la pénurie de talents. Dans ce contexte, améliorer le processus de recrutement pour gagner du temps tout en faisant le meilleur choix pour l’entreprise est primordial.

Grand classique du processus de recrutement, l’entretien d’embauche est désormais remis en question : est-il pertinent ? Est-il efficace ? Est-il indispensable ? Dans l’article suivant, découvrez s’il est possible de recruter sans faire passer d’entretiens.

1) L’entretien d’embauche et ses défauts

Les entretiens sont inefficaces pour évaluer les points faibles des candidats pour 57% des professionnels interrogés (enquête LinkedIn, « Réinventer l’entretien », 2018)

Le temps, l’argent et plus encore !

Bien que toujours populaires, les entretiens traditionnels sont coûteux, chronophages et ne sont pas garants d’une efficacité sans faille.

Tout d’abord, ils se caractérisent souvent par un manque de naturel aussi bien du côté employeur que candidat. Le premier cherche à dévoiler les faiblesses du candidat tandis que le second cherche à séduire son futur employeur potentiel. Surtout qu’avec une bonne préparation, l’un peut dire exactement ce que l’autre a envie d’entendre.

La sélection finale est également souvent basée sur de l’affect. Il y a eu un « bon feeling » donc c’est le meilleur candidat. Pourtant, certains candidats stressés en entretiens ne se montrent pas à leur avantage et sont écartés, à tort, des sélections. D’une autre manière, certains biais de recrutement inconscients influencent directement le choix des candidats sans que cela soit réellement justifié par des critères objectifs basés sur l’expérience ou encore les compétences.

Enfin, les compétences interpersonnelles et les compétences techniques sont difficiles à évaluer à partir des seuls entretiens. Il sera alors intéressant de se tourner vers d’autres moyens d’évaluation de ces dernières.

2) Compter sur l’innovation pour se passer des entretiens

La réalité virtuelle ou la simulation réaliste de poste sont plébiscitées par 72% des candidats qui les ont testées (enquête Robert Walters 2018 – Recrutement et intégration des talents : quelle place pour l’innovation ?)

Se moderniser pour sécuriser ses recrutements

De nombreuses innovations issues de la révolution numérique sont désormais intégrées au processus de recrutement et permettent de se substituer aux entretiens. Elles sont plus ou moins coûteuses selon leur degré de complexité et visent à recruter sans se tromper.

Le logiciel de recrutement comme celui développé par DigitalRecruiters permet par exemple d’intégrer des tests d’évaluation au process pour présélectionner des candidatures de qualité.

Dans un autre registre, il est possible de diminuer considérablement le nombre d’entretiens en automatisant les premiers échanges à l’aide d’un Chatbot. D’autres entreprises utilisent une intelligence artificielle capable d’analyser le ton de la voix, la diction, les émotions et l’enthousiasme à partir de vidéos pour sécuriser une sélection de candidats dont la personnalité est compatible à la culture d’entreprise.

Pour les recrutements qui nécessitent des compétences très techniques, on utilise de plus en plus la gamification, la réalité virtuelle, ou encore la SRP (Situation Réaliste de Poste). Ces dernières rencontrent un franc succès auprès des candidats qui les ont testées et se révèlent être un réel atout marque employeur.

3) Conserver une relation de confiance grâce à l’entretien d’embauche

L’intelligence artificielle présente un risque de déshumanisation pour 62% des candidats interrogés (enquête Robert Walters 2018 – Recrutement et intégration des talents : quelle place pour l’innovation ?)

Conserver l’humain dans le processus de recrutement !

Bien que les innovations permettent de révolutionner le recrutement, elles n’apportent pas nécessairement toutes les réponses à son optimisation. L’intelligence artificielle présente un risque de déshumanisation pour 62% des candidats et un tiers des candidats considère que les outils prédictifs ne leur donnent pas l’opportunité de montrer toutes leurs compétences (enquête Robert Walters). Il semble donc nécessaire pour les candidats d’établir une relation de confiance centrée sur l’humain et d’avoir l’opportunité de s’exprimer en direct.

L’entretien d’embauche est également un moyen d’amorcer le processus d’onboarding dans le cadre duquel rencontrer les équipes est indispensable.

Enfin, si la dématérialisation permet de tester les compétences techniques et les soft skills, certains aspects du recrutement ne peuvent se décider qu’en interaction directe. L’entretien ne sert pas qu’un objectif d’évaluation, c’est également un vrai terrain de négociation. Le salaire, la flexibilité des horaires, les dates de congés et les avantages pour équilibrer vie privée et vie professionnelle sont des points qui se décident pendant les entretiens.

4) Réinventer l’entretien pour se moderniser

L’entretien dans un environnement détendu est une innovation utile pour 53% des professionnels interrogés (enquête LinkedIn, « Réinventer l’entretien », 2018)

Tirer le meilleur parti de l’entretien d’embauche en s’adaptant !

Bannir définitivement l’entretien du processus de recrutement n’est pas sans risques, en revanche, il est possible de le moduler et de l’adapter aux besoins de l’entreprise.

Dans un premier temps, le recours à l’entretien d’embauche dépend du type de poste. Pour un poste peu qualifié avec des leviers de négociations faibles ou pour des recrutements en grandes quantités, on peut réaliser des pré-sélections sans entretiens.

Dans un second temps, il est possible de moduler le support d’évaluation pour gagner en efficacité. Plutôt qu’un entretien physique, on utilise l’entretien vidéo ou téléphonique. Attention, d’après l’enquête réalisée par Robert Walters sur l’innovation, 76% des candidats qui ont testé l’entretien vidéo différé étaient mal à l’aise tandis que 80% des candidats ont apprécié l’entretien vidéo en direct. Il est donc nécessaire une fois de plus de conserver le contact humain direct.

Enfin, certaines entreprises procèdent à des entretiens dans des conditions moins formelles pour détendre l’atmosphère. Ils sont réalisés au cours d’un déjeuner ou autour d’un café.

Recruter sans faire passer d’entretiens se révèle techniquement possible mais ne s’impose pas comme la meilleure solution en termes de stratégie marque employeur. Néanmoins, il s’avère nécessaire de réinventer l’entretien et de le compléter avec d’autres techniques innovantes de recrutement pour gagner en efficacité et continuer à séduire les candidats.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc « Les outils permettant d’améliorer la qualité (efficacité et efficience) du recrutement » ou à nous contacter directement.

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité

À propos de l'auteur

Dalale Belhout

Spécialisée en recrutement digital et marketing RH, Dalale a accompagné des décideurs dans le déploiement de leur stratégie de recrutement et de marque employeur avant de rejoindre DigitalRecruiters en tant que Responsable Content Marketing. Diplômée de la Burgundy School of Business, elle est par ailleurs spécialiste des technologies dédiées au recrutement et à la gestion des candidatures en mode SaaS.