Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Comment faire l’état des lieux de votre marque employeur ?

Comment faire l'état des lieux de votre marque employeur

Selon une enquête LinkedIn 2017, 69% des responsables de l’acquisition de talents s’accordent à dire que leur marque employeur a une influence considérable sur leur capacité à recruter des talents de qualité.

Avant de construire le futur, il faut commencer par regarder le passé. Et si ce principe s’appliquait également à votre marque employeur ? Concept aux multiples facettes, ce type de chantier ne doit pas être lancé à l’aveugle. Dans cet article, voyons comment faire l’état des lieux de votre marque employeur.

1) Qu’est-ce qui relève de votre marque employeur ?

70% des dirigeants d’entreprises considèrent la marque employeur comme une priorité majeure (Étude LinkedIn, Statut de la marque employeur, 2012).

Quelle identité pour l’entreprise ?

Bien évidemment, avant même de faire l’état des lieux de la marque employeur, il est nécessaire de commencer par définir ce que l’on entend par marque employeur. Plus précisément, il est important de définir ce qui y fait sens. Dans l’absolu, de nombreux domaines peuvent en être des éléments forts : management, culture de l’entreprise, contenu du travail, avantages sociaux … Cependant, toutes les entreprises n’iront pas chercher les mêmes ingrédients pour composer leur marque employeur. Bien sûr, les domaines en question ne sont pas à déterminer dans une tour d’ivoire, de façon arbitraire : un long travail de recherche et d’investigation est nécessaire.

La définition des domaines doit donc être le premier objectif d’un bon état des lieux. Par ailleurs, une bonne marque employeur est celle qui met en évidence les éléments qui rendent unique son entreprise. Ainsi, pour se définir soi, il faut regarder ce que sont les autres avant, ce qui peut être un bon début dans la démarche.

2) Remontez à la source de votre marque employeur : le terrain

40% des recruteurs estiment que la bonne culture d’entreprise ou l’environnement de travail agréable attirent leurs candidats.

Un état des lieux décrit ce qui existe dans les faits, et non ce que l’entreprise souhaite être

Ici, il n’est pas question de définir une marque employeur cible. L’objectif de la démarche n’est pas de décrire vers où l’on veut aller, mais bien de faire l’état des lieux de ce que l’entreprise offre déjà à ses salariés d’unique, d’attractif, et de motivant. Ainsi, pourquoi ne pas demander directement aux salariés de travailler sur ces questions ?

Tout dépend bien sûr du contexte, et notamment de la taille et l’âge de l’entreprise. Dans le cas d’une petite ou moyenne entreprise, il peut être pertinent de mettre en place des groupes de travail, sur la base du volontariat, afin de réfléchir à ces sujets. Si l’effectif est plus important, un atelier en ligne, ou un questionnaire sur le sujet peut aussi être une bonne idée. Dans tous les cas, embarquer les salariés dans une démarche en mode projet sera un puissant moyen de faire l’état des lieux, et sera par la même occasion une opportunité pour renforcer le dialogue au sein de l’entreprise.

3) La marque employeur doit-elle en rester à un état des lieux ?

Selon une enquête StepStone, 46% des salariés interrogés estiment que l’image véhiculée ne reflète pas aussi bien la réalité de l’entreprise.

Après avoir réalisé un état des lieux de sa marque employeur, l’entreprise doit être en mesure de répondre à au moins 4 questions :

  • Quels sont les éléments qui attirent les candidats (ou les salariés en interne) dans mon entreprise ?
  • Par quels canaux de communication ont-ils eu connaissance de ces éléments ?
  • Que trouvent-ils en réalité ?
  • Dans quelle mesure l’écart entre l’attendu et le réel est-il grand ?

Une réponse claire et précise à ces questions est déjà une progression importante dans la définition de sa marque employeur. Cependant, pour aller jusqu’au bout de la démarche, il est nécessaire de ne pas en rester à un simple état des lieux. L’étape suivante est de relier la marque employeur à la stratégie de l’entreprise, et d’apprécier dans quelle mesure elle y répond. La marque employeur doit servir la stratégie de l’entreprise, en répondant à un but, un objectif. Par exemple, si l’entreprise a besoin de recruter de jeunes diplômés, l’entreprise devra viser une marque employeur moderne et digitale.

C’est seulement après avoir remis la marque employeur dans le contexte plus global de la stratégie d’entreprise qu’il faudra décider de passer ou non à une phase de plan d’action. Si la marque employeur répond à la stratégie, l’état des lieux aura servi à prendre le contrôle du sujet, et permettra à l’entreprise de prendre de l’avance lorsqu’elle devra l’adapter à son évolution. Dans le cas contraire, l’état des lieux devrait logiquement indiquer les domaines dans lesquels l’entreprise devra agir pour réadapter sa marque employeur.

Un bon état des lieux de la marque employeur permet d’avoir une vue exhaustive et précise des facteurs d’attractivité de l’entreprise. C’est une étape indispensable, même si elle peut être très courte lorsque l’entreprise est jeune, ou petite. Elle donne ainsi toutes les clés pour rationaliser son positionnement sur le marché auprès des salariés, et ainsi augmenter son attractivité.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc « Les outils permettant d’améliorer la qualité (efficacité et efficience) du recrutement » ou à nous contacter directement.