Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Charge mentale des RH : la double peine

Les principaux signes d’une charge mentale excessive : fatigue (73%), stress (59%) et irritabilité (56%) (« Charge mentale : différences hommes/femmes par O2/Ipsos, 2018)

La charge mentale est un concept identifié récemment qui met en exergue les dérives de notre société. Les RH, impliqués dans un secteur professionnel particulièrement sensible au stress au travail, sont doublement confrontés au risque d’un excès de charge mentale. Dans l’article suivant, découvrez la charge mentale des RH, double peine des professionnels du secteur RH.

1) Pour les RH, « charge mentale » rime souvent avec « quotidien » !

Pour 82% des Français interrogés, la charge mentale peut être à l’origine d’un burn-out professionnel (« Charge mentale : différences hommes/femmes par O2/Ipsos, 2018)

La charge mentale est un cocktail fumant qui mélange l’envie de bien faire, l’objectif de performance et la pression du temps !

Au travail, la charge mentale est générée par l’ensemble des fonctions mentales nécessaires à l’application de différentes tâches. Plus un collaborateur doit faire preuve de concentration, d’anticipation, d’adaptabilité sur des tâches différentes, tout en réalisant un travail de qualité et en se pliant aux objectifs fixés par ses supérieurs, plus il augmente sa charge mentale et son niveau de stress.

Les RH, un terreau fertile pour développer une charge mentale excessive

Le domaine des RH s’expose encore plus à l’excès de charge mentale puisqu’il s’agit d’un domaine qui demande non seulement énormément de polyvalence et de réactivité, mais qui demande également de s’impliquer dans des rapports fondamentalement humains tels que la résolution de conflit ou la satisfaction des intérêts personnels et collectifs des collaborateurs.

Le secteur RH est également soumis aux obligations légales du droit du travail et de la QVT, ce qui augmente le niveau de responsabilité des collaborateurs RH. L’ensemble des tâches à effectuer, couplées aux enjeux légaux, économiques et stratégiques constituent un véritable casse-tête mental qui à termes risque de générer stress, fatigue et irritabilité chez le collaborateur en charge.

Ce n’est pas parce que ça va vite, que c’est urgent ! 

L’évolution des technologies joue un rôle important dans l’augmentation de la charge mentale puisqu’elle a facilité le développement des réponses instantanées (chat, mails, appels téléphonique etc.). L’immédiateté crée parfois un sentiment d’urgence non justifié et incite à réfléchir et à agir vite pour traiter le plus de demandes possible. 

De façon globale pensez-vous que les postes en direction RH sont autant accessibles aux femmes qu'aux hommes

L’accès des femmes aux postes de direction RH en question. – Source : foxrh.com

Le burn-out professionnel, l’ennemi des RH qui rôde

Une charge mentale modérée augmente le niveau de stress et d’irritabilité, ce qui peut ensuite avoir un impact négatif dans les relations professionnelles et personnelles du collaborateur concerné. Il peut également culpabiliser de ne pas faire assez par rapport à ce qui est attendu de lui et développer une souffrance psychologique. Dans les cas extrêmes, l’excès de charge mentale conduit à l’épuisement professionnel ou au burn-out.

À lire aussi : Coordonnez l’activité de vos recruteurs grâce à un logiciel de recrutement ! 

2) Charge mentale des RH au travail, charge mentale à la maison, vive la double peine !

63% des femmes se sentent touchées par la charge mentale contre 36% des hommes (« Charge mentale : différences hommes/femmes par O2/Ipsos, 2018)

Quand on voit de moins en moins la limite entre la vie professionnelle et la vie privée !

On parle d’une double peine de la charge mentale quand la charge mentale de la vie professionnelle s’ajoute à celle de la vie privée. La frontière entre la vie professionnelle et personnelle étant parfois poreuse, il devient de plus en plus difficile de jongler avec toutes ses responsabilités en même temps.

Une double peine qui touche plutôt les femmes

Dans le secteur des RH, bien que les hommes puissent également avoir une charge mentale dans leur vie privée, la double peine touche plus facilement les femmes. En effet, les études ont montré que ce sont généralement les femmes qui subissent une charge mentale excessive dans leur vie privée avec environ 8 femmes sur 10 qui déclarent avoir trop de choses auxquelles penser et ont peur d’en oublier (« Charge mentale : différences hommes/femmes par O2/Ipsos, 2018). 

Quand on sait que les services RH sont composés en majorité par des femmes avec 68% des dirigeants du service RH qui sont des femmes (« Grande enquête RH : la place des femmes dans la fonction RH », 2018, FoxRH), le risque d’excès de charge mentale est donc plus grand pour les femmes du secteur RH.

À lire aussi  : Quels intérêts à utiliser un logiciel de recrutement ?

3) Apporter des solutions humaines et technologiques à l’excès de charge mentale des RH

Les solutions pour limiter la charge mentale : accepter de ne pas être parfait, lâcher-prise, mieux répartir les tâches (« Charge mentale : différences hommes/femmes par O2/Ipsos, 2018)

Savoir tirer la sonnette d’alarme à temps !

Quand un collaborateur se retrouve en surcharge de travail et a le sentiment de ne pas arriver à tout gérer, il est important qu’il soit suffisamment en confiance pour pouvoir en avertir son supérieur hiérarchique. En effet, un œil extérieur n’est pas toujours capable de juger le volume de travail d’un autre collaborateur. La communication permet tout simplement au supérieur hiérarchique de prendre connaissance du problème afin d’apporter des solutions pour mieux répartir les tâches entre les différents collaborateurs ou recruter du personnel en plus.

Le dirigeant du service RH est-il une femme

L’accès des femmes aux postes de direction RH en question. – Source : foxrh.com

Penser à former ses collaborateurs !

Il existe des formations courtes qui apportent des solutions concrètes pour apprendre à mieux gérer son temps et son organisation professionnelle. Elles n’apporteront rien de plus si le collaborateur est vraiment en surcharge de travail, cependant, en cas de charge mentale modérée, elles apportent des clés de compréhension pour optimiser certains aspects de son organisation professionnelle. 

Investir dans des solutions qui augmentent la performance et déchargent de certaines tâches

Si la technologie a le défaut de donner l’impression que tout est urgent, elle a le mérite d’apporter des solutions numériques pour décharger d’un bon nombre de tâches à faible valeur ajoutée. Il existe pour chaque facette du secteur RH des logiciels qui permettent de se concentrer sur les vrais enjeux et superviser les autres tâches à faible valeur ajoutée. C’est ce que l’on trouve par exemple avec un ATS qui permet de suivre un processus de candidature étape par étape et en toute simplicité afin de ne rien oublier.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « le coût d’un recrutement raté » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Unsplash

Livre Blanc : Le coût d’un recrutement raté et ses impacts

Selon les études et le poste occupé, le coût moyen d’un recrutement raté varie de 20k€ à 200k€. Et pourtant, ce coût, incroyablement élevé, est rarement calculé.