Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Entretien de recrutement : savez-vous écouter les candidats ?

Entretien de recrutement savez-vous écouter les candidats

L’écoute, pendant l’entretien de recrutement, est la clé pour découvrir sincèrement le candidat. Comment trouver le bon dosage entre écoute et évaluation ? Si le recruteur doit avant tout être à l’écoute du candidat, ce dernier doit aussi veiller à collecter  les bonnes informations, celles qui lui permettront de se forger une opinion objective sur sa candidature. 

Quelle posture adopter ? Où placer le curseur entre écoute et questions posées au candidat ? Dans cet article, des clés pour écouter efficacement les candidats en entretien et améliorer la qualité de vos recrutements !

L’entretien de recrutement : mieux connaître le candidat pour mieux l’évaluer 

Le but de ce moment d’échange est de collecter de l’information en évitant de tomber dans certains écueils : l’interprétation personnelle, les omissions plus ou moins conscientes, les déformations de propos, mais aussi les extrapolations, les suppositions, etc., la liste pourrait encore être longue ! 

Vous l’aurez compris, un entretien de recrutement réussi est un entretien qui permet de recueillir objectivement les informations essentielles à l’analyse d’une candidature, sur le plan technique, mais aussi et surtout sur celui du savoir-être et maintenant, de plus en plus du savoir-agir, décrivant la capacité d’adaptation et de créativité du candidat. 

À lire aussi : Les avantages du recrutement collaboratif 

Pour 55% des recruteurs, il faut deux entretiens avant d’être convaincu de la pertinence d’une candidature. - Source : regionsjob.com

Pour 55% des recruteurs, il faut deux entretiens avant d’être convaincu de la pertinence d’une candidature. – Source : regionsjob.com

Entretien de recrutement : quels sont les pièges à éviter ? 

Tout d’abord, rappelons que le recruteur est un être humain, et que par conséquent comme tout un chacun il peut se montrer plus ou moins réceptif en fonction de l’heure de la journée, ou de son niveau de fatigue. Aussi, pour garder une réceptivité optimale lorsque vous recevez des candidats en entretien, l’idéal est de limiter dans le temps vos entretiens. Entre 45 minutes et 1h15 semble être une durée assez efficace pour faire le tour des expériences du candidat et se faire une première impression solide qui permettra de décider de la poursuite du processus de recrutement.

Par ailleurs, enchaîner de trop nombreux entretiens de la journée, n’est pas pertinent, aussi bien pour vous que pour les candidats. Imaginez le dernier entretien de la liste, même avec la plus grande volonté du monde, vous aurez du mal à maintenir une capacité d’écoute et de concentration à la hauteur de ce qui est nécessaire pour la bonne évaluation du candidat.

Notez par ailleurs qu’en cette période de crise sanitaire, grand nombre d’entre vous sont contraints de réaliser des entretiens d’embauche uniquement en visioconférence, ce qui accentue indéniablement la fatigue à la fin de la journée. À celle des entretiens d’embauche, s’ajoute ainsi la fatigue liée directement à la nécessité de tous les réaliser derrière un écran. 

Il est donc préférable de concentrer les entretiens de recrutement sur la matinée, et de ne pas enchaîner de trop nombreux rendez-vous, pour garder votre attention à son maximum et ne pas perdre en qualité d’évaluation. 

La réalité du métier de recruteur. Source : lecoledurecrutement.fr

La réalité du métier de recruteur. Source : lecoledurecrutement.fr

Comment mieux écouter pendant l’entretien ? 

Même s’il n’y a pas de recette miracle pour adopter une posture d’écoute parfaite, certains comportements peuvent vous aider à “mieux” écouter : 

La première impression n’est pas toujours la bonne. Aussi, il ne faut pas vous fier uniquement à vos premiers sentiments et mener l’entretien en fonction de cela. Il est indispensable d’écouter le candidat jusqu’au bout : ne pas le couper dans son élan ni dans ses explications sous prétexte que vous vous êtes déjà forgé une opinion en quelques secondes. Le récit du candidat doit être écouté jusqu’au bout, analysé, questionné et faire partie de l’ensemble de son évaluation sans extrapoler sur certaines “dispositions” ou éventuels “manquements”, meilleure moyen de se tromper et de faire des erreurs de recrutement

 À lire aussi : Les techniques de sourcing sont-elles les mêmes dans toutes les entreprises ?

La chasse aux biais cognitifs pendant l’entretien

De manière inconsciente, le recruteur a tendance à retenir uniquement ce qui l’intéresse et ce qui fait écho chez lui. Si le candidat lui est “sympathique” de prime abord, il retiendra ainsi les éléments de son récit convergeant vers ses propres centres d’intérêts ou son expérience personnelle. Dans le cas contraire, un candidat qui d’emblée n’inspire pas la sympathie du recruteur, verra plus facilement l’entretien se focaliser sur les aspects divergents de sa candidature. 

Pour être efficace, l’écoute doit aller plus loin que la simple analyse des propos du candidat. Elle doit aller au-delà du récit et du discours pour permettre au recruteur de décrypter ce que décrivent les comportements du candidat : sa façon d’être, sa gestuelle, son attitude et aussi son savoir-être. 

À lire aussi  : Quels intérêts à utiliser un logiciel de recrutement ?

Enfin, la recherche de contextualisation doit guider l’écoute en entretien. La qualité de l’entretien dépendra également de la qualité des questions posées par le recruteur. Si ce dernier pose peu de questions, ou des questions à faible valeur ajoutée ne permettant pas au candidat de se révéler, tous deux passent à côté d’un véritable moment d’échange. Candidat, comme recruteur, sont alors frustrés de cet exercice raté.  

Pour permettre au candidat de se révéler et de montrer son adéquation avec un poste, une culture d’entreprise, le recruteur doit se poser en permanence la question de la démonstration et de la contextualisation. À quoi le récit du candidat est-il associé ? Que démontre ces différentes expériences sur sa personnalité ? Les paroles ont un sens fort, mais n’ont de valeur que si elles existent au travers d’exemples précis, de faits tangibles qui viendront étayer les dires du candidat. Enfin, comme le dit le célèbre proverbe de  Jean de la Fontaine, “Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute”, alors gardez les oreilles ouvertes en entretien… et les yeux aussi ! 

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « le coût d’un recrutement raté » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Pexels

Livre Blanc : Le coût d’un recrutement raté et ses impacts

Selon les études et le poste occupé, le coût moyen d’un recrutement raté varie de 20k€ à 200k€. Et pourtant, ce coût, incroyablement élevé, est rarement calculé.