Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Comment vaincre sa timidité au travail ?

Comment vaincre sa timidité au travail

Les personnes atteintes de phobie sociale ou de timidité au travail ont plus de chances d’être sans emploi ou d’exercer un travail inférieur à leur niveau de qualification (Infographie « Social anxiety facts », Barends Psychology Practice)

Selon la situation, il arrive à chacun d’être plus ou moins timide et il n’y a rien de mal à çela. Mais la timidité devient un obstacle au travail quand elle empêche de s’intégrer complètement à une équipe ou quand elle empêche d’évoluer professionnellement. Dans l’article suivant, découvrez comment vaincre sa timidité au travail.

1) La timidité au travail n’est pas une fatalité !

“La timidité est souvent vécue comme un frein qui empoisonne le quotidien, surtout dans le cadre du travail. Elle pousse au repli sur soi, et bloque ceux qui en souffrent dans leurs projets professionnels. La peur du regard des autres et de leur jugement, très inhibante, est parfois vécue comme quelque chose d’insurmontable. Il s’agit alors de quitter la posture de victime de sa timidité pour reprendre le contrôle de ses actions.” – Extrait article axxis-interimetrecrutement.com 

Si vous vous reconnaissez dans le descriptif ci-dessous, vous êtes probablement timide au travail !

Vous rougissez dès qu’un collègue s’adresse à vous, vous avez du mal à parler à des inconnus, vous redoutez de devoir prendre la parole en public, quand vous le faites, vous avez les mains moites et vous bégayez ou vous ne parlez pas assez fort, vous ne vous sentez pas très à l’aise lors d’évènements d’entreprise, etc. Tous ces éléments manifestent votre timidité au travail mais il n’y a pas non plus de quoi s’alarmer. En revanche, là où la timidité devient un problème, c’est quand elle conduit à éviter de prendre des responsabilités par peur de mal faire, à douter de soi et de ses capacités par rapport aux autres et à se mettre en retrait alors qu’on aurait bien mérité cette promotion qui vient de nous passer sous le nez !

Et pourtant, dans la timidité, il y a aussi du positif !

Il y a des avantages à être timide. Les personnes timides font preuve d’empathie, elles ont un très bon sens de l’observation, elles sont discrètes. On constate même que les personnes timides font moins d’erreurs que d’autres personnes parce qu’elles réfléchissent plus longtemps avant d’agir et qu’elles évitent les risques inutiles. Dans une équipe, c’est également agréable d’avoir différents types de savoir-être et de personnalités, cela permet d’équilibrer les forces.

La première étape pour vaincre sa timidité au travail, c’est d’accepter d’être timide et de ne pas se le reprocher constamment. Plutôt que de vouloir changer du tout au tout, prenez le temps de valoriser les aspects positifs qui viennent avec la timidité. Cela vous permettra ensuite de ne vous concentrer à améliorer que les aspects qui vous posent un réel problème.

Qu’est-ce que vous avez à gagner à travailler sur votre timidité au travail ?

En travaillant sur votre timidité au travail, vous trouvez des leviers pour vous intégrer rapidement dans une nouvelle équipe et trouver votre place, pour communiquer à temps et éviter la montée en tension des conflits ou des malentendus et surtout, vous vous donnez les moyens d’évoluer professionnellement comme vous le méritez pour vous épanouir pleinement au travail !

À lire aussi : Recruter plus facilement avec un logiciel de recrutement ! 

2) Vaincre la timidité au travail, par où commencer ?

Pour Philip Zimbardo, psychologue américain de renommée internationale, la timidité peut être traitée par « l’exercice social » tout comme les muscles peuvent être renforcés par la pratique d’un sport.

En fonction de votre degré de timidité, vous n’allez pas nécessairement activer les mêmes techniques ! À vous de juger où vous vous situez et d’adapter votre programme anti-timidité en conséquence ! Et surtout, pas de pression ! Tout commence par le fait d’accepter d’être timide et de prendre conscience des atouts qui viennent avec la timidité ! C’est le meilleur moyen pour rendre sa mission plus facile. 

Pour vaincre la timidité au travail, il faut parfois passer par un travail sur soi

La timidité est une réaction psychologique qui s’est construite depuis l’enfance en réponse à des situations embarrassantes ou à des peurs : peur de mal faire, peur d’être jugé, peur d’être rejeté, etc. Il faut donc travailler à déconstruire ces schémas à l’aide d’un travail sur soi.

Pour des cas de timidité légère, vous pouvez travailler sur l’affirmation de soi avec des outils de développement personnel ou des petits exercices. Pour des cas de timidité sévères, dans ce cas-là on parle plutôt de « phobie sociale », n’hésitez pas à consulter un psychologue ou un thérapeute qui pourra vous aider à aller à la source du problème. 39% des personnes atteintes de phobie sociale ne se font pas aider (Infographie « Social anxiety facts », Barends Psychology Practice). Si votre timidité vous empêche de vous épanouir professionnellement ou de vous intégrer dans le collectif, vous avez tout intérêt à faire les efforts qui vous permettront d’avancer !

Le travail sur soi vise à dédramatiser les situations que l’on a pu trouver embarrassantes mais également à passer par un processus d’acceptation : accepter le rejet parce que l’on peut ne pas plaire à tout le monde, accepter les erreurs et les échecs parce que cela arrive de se tromper, accepter que l’on ait tous des forces et des faiblesses ! Quand on ne subit plus la peur de se tromper, c’est beaucoup plus facile d’oser !

À lire aussi : La formation professionnelle : un argument de recrutement sous-exploité ! 

Les petites techniques pour vaincre la timidité au travail !

Quand l’on n’est pas prêt à faire un long travail personnel, l’on peut compter sur d’autres méthodes accessibles qui aident à soulager l’anxiété, renforcer la confiance en soi ou tout simplement à traiter des symptômes « physiques » de timidité pour arrêter de tourner en rond ! Parce que sinon, c’est un peu le serpent qui se mord la queue. Vous êtes timide donc vous bégayez par exemple, et du coup vous n’osez plus parler parce que vous bégayez, vous vous renfermez encore plus sur vous-même, etc.

Les techniques pour vaincre sa timidité au travail peuvent être développées en dehors du travail. Cela permet de s’entraîner dans un environnement neutre et détaché de la pression professionnelle. Vous pouvez par exemple vous inscrire dans une structure associative ou à une activité sportive dans laquelle vous vous sentez bien et qui vous donne confiance dans vos capacités. Très efficace dans la lutte contre le trac, les cours de théâtre, voire d’improvisation théâtrale. Vous pouvez également prendre contact avec un orthophoniste pour travailler sur le bégaiement, ou tout simplement suivre des cours de prise de parole en public ou d’éloquence, relativement mis en avant ces dernières années. Pour résoudre les problèmes d’anxiété, intéressez-vous également à la méditation, faites des exercices qui font travailler la respiration et peuvent être appliqués avant des réunions ou des évènements d’entreprise.

À lire aussi : Comment optimiser l’expérience candidat avec un logiciel de recrutement ? 

Au travail, je me lance des défis !

Une fois au travail, appliquez une autre stratégie : lancez-vous des petits défis ! Vous n’allez probablement pas vaincre votre timidité du jour au lendemain, c’est un travail progressif, qui se fait par étapes et parfois vous ferez trois pas en avant, deux pas en arrière. Donc pour éviter de vous mettre en difficulté et de vous traumatiser, lancez-vous des défis accessibles et augmentez la difficulté au fur et à mesure. Donnez-vous par exemple l’objectif d’adresser la parole à un inconnu, un autre jour, invitez un de vos collègues à la machine à café, une autre fois encore, participez à l’organisation d’un événement de l’entreprise, etc. Et surtout, si vous vous retrouvez confronté à un rejet ou un échec, prenez le temps d’accepter la déception mais remontez en selle !

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Pexels

Livre Blanc : Les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement

Nouvelles formes de sourcing, outils digitaux, découvrez les formidables opportunités pour vos recrutements !