Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Comment transmettre les savoirs dans mon entreprise ?

54% des salariés interrogés considèrent que leur entreprise n’accorde pas assez d’importance à la transmission des savoirs (« Les salariés et les nouveaux enjeux du travail », sondage BVA pour Salesforce, 2018)

La transmission de savoirs est un moyen de pallier les difficultés de recrutement et de rester concurrentiel tout en valorisant l’expérience des seniors dans l’entreprise. Dans l’article suivant, découvrez comment transmettre les savoirs dans votre entreprise !

1) Quels sont les différents savoirs à transmettre ?

La connaissance de l’entreprise et de son histoire par les seniors qui restent plus longtemps en poste constitue une opportunité pour 91% des dirigeants interrogés (« Enquête sur l’allongement de la vie professionnelle et ses conséquences pour les salariés et les entreprises », Harris Interactive et Malakoff Médéric, 2019)

Le savoir, le point de départ du métier !

Le savoir concerne toutes les connaissances théoriques ou caractéristiques qui s’appliquent au secteur professionnel de l’entreprise. On y retrouve les concepts théoriques appris pendant les études, mais il peut également s’agir de textes de loi ou de caractéristiques produits. La transmission en entreprise de ces savoirs est importante si par exemple une réforme a fait évoluer la loi ou si un nouveau collaborateur doit bien maîtriser tous les produits du catalogue de l’entreprise, même ceux qui ne sont plus édités, pour ne pas perdre sa crédibilité auprès des clients.

Le savoir-faire, savoir comment faire ce que l’on doit faire

Le savoir-faire concerne la maîtrise concrète et active des processus liés au secteur professionnel ou au fonctionnement de l’entreprise. La transmission des savoirs-faire se fait par l’expérience. Une bonne transmission des savoirs-faire garantit au nouveau collaborateur de reproduire l’exigence qualité de l’entreprise et de maîtriser rapidement tous les processus pour faciliter son intégration dans l’équipe.

Le savoir-être, pas si personnel que ça !

On pourrait penser que le savoir-être ne se transmet pas et qu’il est propre à l’attitude et à la personnalité de chaque collaborateur. Pourtant, un collaborateur expérimenté développe également un savoir-être particulier propre à son expertise métier qu’il est susceptible de transmettre quand il prend le recul nécessaire pour analyser sa propre évolution.

À lire aussi : Recruter plus facilement avec un logiciel de recrutement ! 

2) Quel est l’intérêt de favoriser la transmission des savoirs en entreprise ?

59% des salariés seniors interrogés sont plutôt optimistes sur le fait de pouvoir faire profiter l’entreprise de leurs compétences et de leur expérience et de pouvoir transmettre leurs connaissances notamment aux salariés plus jeunes (« Enquête sur l’allongement de la vie professionnelle et ses conséquences pour les salariés et les entreprises », Harris Interactive et Malakoff Médéric, 2019)

Garder les compétences rares !

La transmission de savoirs revêt un enjeu économique lorsqu’il s’agit de transmettre des compétences rares. On constate la disparition de certaines compétences clés sur certains métiers et si la transmission de ces compétences entre seniors et juniors n’est pas assurée, l’entreprise s’expose à une disparition totale de certaines compétences en entreprise. Pour redévelopper ces compétences, il faut alors passer par un nouveau cycle d’expérimentations et d’erreurs qui peut coûter cher à l’entreprise et lui faire prendre du retard. 

Pallier les difficultés de recrutement !

La transmission des savoirs pallie les difficultés de recrutement en formant les jeunes recrues qui ne disposent pas encore des compétences nécessaires dès leur entrée dans l’entreprise et vise également à créer un espace d’échange de techniques entre les juniors et les seniors pour éviter une rupture générationnelle. Les juniors transmettent leurs nouvelles compétences aux seniors et réciproquement, ce qui donne place à de nouvelles innovations : on parle de reverse mentoring.

Motiver les seniors jusqu’en fin de carrière !

Enfin, la transmission des savoirs est un moyen de dynamiser la fin de carrière des seniors. Suite à l’allongement du travail, les seniors sont susceptibles de se désengager de leur travail et de perdre en motivation parce qu’ils n’ont plus l’occasion de monter en compétences. La transmission de savoirs leur donne alors un rôle qui leur confère de nouvelles compétences et qui valorise leur longue expérience.

À lire aussi : La formation professionnelle : un argument de recrutement sous-exploité ! 

Le choix stratégique de l’entreprise en matière de transmission des Savoirs c’est d’abord la volonté d’investir sur l’avenir, de s’assurer de la transmission des compétences clés de l’entreprise, des savoirs et surtout des savoirs faire propres, à valoriser les talents et l’engagement qui assureront la pérennité de l’entreprise - Source : jemconsulting.fr

« Le choix stratégique de l’entreprise en matière de transmission des savoirs c’est d’abord la volonté d’investir sur l’avenir, de s’assurer de la transmission des compétences clés de l’entreprise » – Source : jemconsulting.fr

3) Comment favoriser la transmission de savoirs ?

45% des entreprises mettent en place des mesures visant à maintenir l’emploi des seniors (Enquête flash ANDRH, « Emploi des seniors », 2019)

Ne pas attendre le dernier moment !

La première difficulté qui est souvent constatée dans la transmission des savoirs, c’est le manque d’anticipation. Les entreprises ne prennent pas la mesure des compétences rares dont elles disposent suffisamment à temps, et quand le salarié expérimenté quitte l’entreprise soit pour partir en retraite, soit de façon précipitée pour aller vers une autre entreprise, c’est la douche froide. L’entreprise doit évaluer quels sont les membres du personnel qui disposent de compétences rares et préparer stratégiquement la transmission de savoirs.

Créer un réel processus de transmission

L’entreprise risque de se heurter à un refus ou des objections de la part du senior expérimenté qui craint d’être dépossédé de sa valeur ajoutée et peut freiner la transmission de savoir pour être sûr de rester indispensable à l’entreprise. D’où l’intérêt d’intégrer la transmission de savoir dans un réel processus de tutorat qui va d’une part apporter de nouvelles compétences au senior et d’autre part valoriser une fois de plus son rôle dans l’entreprise. 

À lire aussi : Comment optimiser l’expérience candidat avec un logiciel de recrutement ? 

Faire comprendre aux jeunes la valeur de l’expérience !

Il peut également y avoir un manque d’intérêt des profils juniors à acquérir des compétences de la part d’un ancien parce qu’ils manquent du recul nécessaire pour comprendre la valeur des années d’expérience. L’apprentissage à l’école enseigne généralement comment faire quand tout va bien, l’expérience enseigne comment faire quand tout va mal. L’entreprise a un rôle à jouer en montrant que l’expérience des anciens se construit sur des années d’expérience à gérer des difficultés et chercher des solutions.

La transmission de savoirs est un processus qui prend du temps et qui nécessite suffisamment d’anticipation pour une intégration réussie. C’est également une étape de vie clé entre les différentes générations aussi bien au niveau professionnel que personnel. Tout ce qui est appris et maîtrisé est un acquis à valoriser et une richesse pour l’entreprise.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Pexels

Livre Blanc : Les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement

Nouvelles formes de sourcing, outils digitaux, découvrez les formidables opportunités pour vos recrutements !