Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

Candidats : comment justifier une longue période d’inactivité ?

Candidats comment justifier une longue période d’inactivité

« Qui n’a jamais eu une période d’inactivité entre deux postes ? La conjoncture actuelle (18 mois de recherche en moyenne pour un cadre), la multiplication des contrats précaires, l’allongement des processus de recrutement, les congés liés aux divers évènements de la vie (congé parental d’éducation, longue maladie, congé sabbatique…) contribuent à créer un ‘’trou’’ dans votre CV. »  – Elisabeth Simon-Roussel – Article LinkedIn – linkedin.com

Dans cet article, on s’attachera à aborder un sujet délicat et problématique pour les candidats : la justification de leur longue période d’inactivité, un « vide » dans le CV. Un recruteur pourra considérer une période comme d’inactivité comme « longue » lorsqu’elle dépassera six mois. Il faut donc s’attendre à ce que le recruteur cherche à savoir ce que le candidat aura fait durant cette « longue période ».

Toutefois, il est parfois délicat de justifier une longue période d’inactivité, notamment lorsque le candidat a dû faire face à des soucis personnels difficiles à aborder, ou a été licencié. Alors comment les candidats peuvent-ils justifier une longue période d’inactivité auprès des recruteurs sans que cela n’affecte leurs chances d’être sélectionnés par ces derniers ? Comment valoriser ces « trous » dans le CV ? Nous vous proposons ici quelques réponses !

Justifier une longue période d’inactivité : misez sur la transparence et l’honnêteté

« N’essayez pas de dissimuler les périodes d’inactivité sur votre CV en ‘’trafiquant’’ les dates. L’entreprise auprès de laquelle vous postulez risque fort de le remarquer et vous passeriez pour une personne malhonnête qui a quelque chose à cacher. Expliquez pourquoi vous n’avez pas été retenu lors de vos précédents entretiens, les démarches effectuées, les points sur lesquels vous avez travaillé… L’entretien d’embauche est justement le moment idéal pour expliquer pourquoi il y a des trous dans votre CV, d’où l’importance de bien le préparer. » – Priscilla Gout – Article RégionsJob – regionsjob.com

Les candidats peuvent justifier leur période d’inactivité pour des raisons simples et compréhensibles

Il faut garder à l’esprit que les recruteurs ne sont pas des êtres dénués de toute capacité de compréhension et doivent être bienveillants avec les candidats. Le recruteur peut très bien imaginer que vous n’ayez pas pu travailler durant votre période de congé maternité/parental par exemple. Comme le rappelle un article Hays, « de nombreux parents choisissent de prendre le temps de s’occuper de l’éducation de leurs jeunes enfants et peuvent être stressés au moment de la reprise d’emploi. Les recruteurs peuvent le comprendre ». Cette même source explique qu’il est possible de mentionner cette période et de préciser quel âge ont les enfants aujourd’hui. Misez sur la transparence en montrant que maintenant, « vous souhaitez reprendre votre activité » et faites-lui savoir que « vous pourrez vite redevenir opérationnel ». Soyez positif.

De même, il est possible que vous ayez été au chômage sur une assez longue durée. Bien que cette raison soit probablement une des plus difficiles à justifier, nombreux sont les chômeurs en France pour qui la « recherche d’emploi est un travail complexe qui requiert du temps et de la patience, surtout lorsque le climat économique est difficile » (article Hays) : les recruteurs le savent bien. Vous aurez probablement à évoquer les raisons de votre chômage (démission, licenciement… ?). Misez sur le factuel, sans vous positionner en « victime » et en dénigrant votre ancien employeur par exemple. Aussi, si vous avez dû faire face à des problèmes relevant de la sphère privée (maladie, problèmes familiaux…), restez transparent sans toutefois trop entrer dans les détails afin d’éviter tout malaise.

Quoi qu’il en soit, n’essayez pas de « tromper » le recruteur en dissimulant vos périodes d’inactivité, en mentant. Comme le rappelle Elisabeth Simon-Roussel dans un article LinkedIn, « tout est vérifiable et un simple contrôle de référence suffirait pour nuire à la véracité de votre CV. »

Justifier ses périodes d’inactivité en mentionnant d’autres activités

« Face au recruteur, votre but est de démontrer que vous ne baissez pas les bras devant la difficulté et que vous continuez à mener des projets extra-professionnels. Expliquez en quoi ces projets personnels vous aident à aller de l’avant. N’hésitez pas non plus à détailler vos démarches pour retrouver un emploi en parallèle : visite de salons emploi, entretiens d’embauche, bilan de compétence, accompagnement Pôle Emploi, cours du soir, conférences, tables rondes… En bref, tout ce qui peut montrer l’importance de votre motivation. » – Priscilla Gout – Article RégionsJob – regionsjob.com

Le candidat qui reste proactif durant une importante période d’inactivité

Peu importe la raison pour laquelle vous vous êtes arrêté en cours de route : montrez au recruteur que vous n’avez pas été inactif durant la période d’inactivité. Si le congé parental et le congé maternité suffisent à faire comprendre au recruteur que vous avez été actif en vous occupant de vos enfants, n’hésitez pas à mentionner que vous êtes restés connectés. Vous avez consulté différentes offres d’emploi dans votre secteur d’activité pour anticiper la reprise ? Mentionnez-le. Vous avez eu des problèmes familiaux, des soucis de santé ou avez été licencié ? Montrez au recruteur que vous avez malgré tout conservé une certaine proactivité : en ayant passé des entretiens, en vous étant renseigné quant aux évolutions liées à votre secteur d’activité, etc. Avez-vous passé une formation durant cette période d’inactivité ? Mentionnez-le.

Mettez en avant vos projets personnels, vos démarches de recherche d’emploi en parallèle de vos projets (bilan de compétence, conférences, visites de salon emploi…). Vous avez participé à un projet humanitaire, à la création d’une association… ? N’hésitez pas à faire mention de tout ce qui pourra témoigner de votre motivation, de vos compétences. Ces « compétences transverses acquises par le biais de ces activités s’ajouteront aux qualités humaines […] qui en découlent » rappelle E. Simon-Roussel. Mettez en avant vos compétences humaines, les potentielles « soft skills » que vous avez développé durant vos projets.

Si le « trou » dans votre CV est dû à un voyage à l’étranger ou même un congé sabbatique, profitez-en pour le mentionner et dire ce que cela vous a apporté (ouverture d’esprit, nouvelles compétences linguistiques, autonomie, développement de projets personnels, pause importante dans votre carrière…). Faites donc toujours ressortir les aspects positifs de votre période d’inactivité, notamment quand vos activités ou les compétences développées sont liées à l’emploi convoité !

S’arranger avec la forme du CV candidat pour prévenir la justification d’une longue période d’inactivité

« Pour colmater les brèches, la première solution est de jouer sur la forme. » – Article CadreEmploi – cadreemploi.fr

Certains candidats peuvent opter pour un CV thématique

Il existe plusieurs façons de réaliser son CV. Ce dernier n’est ni obligatoirement ni systématiquement chronologique. Un CV chronologique doit être réalisé de façon à ce que le recruteur puisse avoir une vue « historique », datée, de votre parcours. Ce type de CV peut toutefois rendre visibles certaines brèches : les périodes creuses. Toutefois, pour reprendre les termes d’un article Cadre Emploi, il est possible de « jouer sur la forme » de son CV en optant pour un CV « thématique » à la place d’un CV chronologique.

En effet, « Un CV ‘’thématique’’ (par type de compétence ou par poste occupé) mettra moins en exergue vos périodes creuses […]. Si vous êtes resté sans travailler pendant quatre ou cinq mois seulement (après tout un délai raisonnable pour retrouver un poste), contentez-vous de mentionner vos années d’exercice […] ». On peut alors, dans ce cadre, se contenter de dire que l’on a travaillé dans telle entreprise sur l’année 2018, plutôt que de mentionner y avoir travaillé de janvier à août 2018 précisément.

Opter pour un CV thématique présente aussi un autre avantage : la lisibilité !

En tout état de cause, préparez votre entretien : attendez-vous à ce que le recruteur souhaite en savoir davantage. Il faudra anticiper les questions potentiellement posées par le recruteur. Vous pourrez alors justifier une période d’activité en valorisant toutefois votre persévérance dans la recherche d’emploi : vous attendiez l’offre « idéale » correspondant à vos acquis et votre profil, le marché de l’emploi était assez difficile ? Faites-en part au recruteur que vous aurez en face de vous.

Il faudra rester positif et honnête. Il est possible également de valoriser les « vides » dans son CV en mentionnant les expériences vécues durant cette période d’inactivité. Le recruteur voit que vous êtes resté actif malgré tout et que vous avez pu exploiter certaines compétences pour des projets personnels ou associatifs par exemple… Et ces compétences ne sont pas forcément sans lien avec l’emploi que vous convoitez !

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc « Les outils permettant d’améliorer la qualité (efficacité et efficience) du recrutement » ou à nous contacter directement.