Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

4 clés pour fidéliser vos collaborateurs !

4 clés pour fidéliser vos collaborateurs

D’après le « Baromètre de l’expérience collaborateur 2019 » publié par ParlonsRH, les ¾ des responsables RH interrogés déclarent que leur entreprise n’a pas encore déployé de politique RH d’expérience collaborateur.

Dès lors qu’une entreprise met en place une politique RH d’expérience collaborateur, elle attribue une grande partie de sa réussite à la qualité de ses ressources humaines et place le salarié comme un élément-clé du fonctionnement de l’entreprise. Une première prise de conscience s’opère et redéfinit le rapport professionnel qui lie l’entreprise aux salariés. Cette première étape déclenche ensuite une série de mesures qui favorisent l’engagement des collaborateurs. Dans l’article suivant, découvrez comment favoriser la fidélisation des salariés grâce à l’expérience collaborateur ! 

1) L’onboarding : une étape-clé dans le processus de fidélisation des collaborateurs

L’onboarding est l’étape qui permet de sécuriser vos recrutements pendant la période d’essai et pendant la première année. C’est aussi la période où vous allez « former » vos nouveaux collaborateurs à l’entreprise. Plus vous ferez bonne impression auprès de vos nouvelles recrues dès leur entrée dans l’entreprise, plus elles seront faciles à fidéliser…

Pourquoi l’onboarding facilite la fidélisation des nouveaux collaborateurs  ?

Pendant le recrutement, vous avez « vendu » une image de l’entreprise pour séduire votre candidat. Au moment de son intégration dans l’entreprise, il lève le voile sur la véracité de vos propos ! Si vous lui aviez promis une entreprise collaborative où tout le monde s’entraide et que personne ne se rend disponible pour répondre à ses questions pendant les premiers jours, vous risquez de lui donner l’impression que votre entreprise n’était pas le meilleur choix. Au contraire, si vous avez vanté le programme de formation au poste et que le collaborateur n’a rien à y redire, il fera plus facilement confiance à l’entreprise et s’y projettera naturellement à long terme. D’après l’enquête Mercer, « Tendances globales en matière de gestion de talents en 2019 », l’un des grands défis du recrutement en 2019, c’est le « déclin de la confiance des employés ». Vous gagnez la confiance de vos collaborateurs dès le début de l’onboarding.

Les différentes facettes de l’onboarding sur lesquelles vous devez assurer !

Faites durer l’onboarding sur une longue période. Cela ne veut pas dire que vous devez passer six mois à chouchouter votre collaborateur plus que de raison tous les jours. Par contre, marquez des étapes clés ! Vous pouvez tout simplement avoir un pot de bienvenue, un programme d’accompagnement ou de formation d’un mois, un parrain attitré pendant six mois et une célébration après la première année dans l’entreprise !

Assurez-vous que votre collaborateur dispose de tous les équipements et de tous les identifiants informatiques pour travailler dès son arrivée ou qu’il soit au moins informé du délai d’attente avant que tout soit complètement opérationnel. D’après une enquête publiée par Ivanti en 2019, seulement 15% des collaborateurs disposent de tout ce dont ils ont besoin pour être productifs dès la première journée.

Suivez les progrès de votre nouveau collaborateur et n’hésitez pas à le voir en entretien privé à des périodes charnières pour faire le point et vérifier qu’il se plaît dans l’entreprise. Vous en apprendrez plus sur les difficultés qu’il rencontre au quotidien et vous aurez l’opportunité de valoriser son travail ainsi que la valeur ajoutée qu’il représente pour l’entreprise. N’hésitez pas à consulter le manager pour appuyer votre discours sur des éléments précis.

À lire aussi : Coordonnez l’activité de vos recruteurs grâce à un logiciel de recrutement ! 

armi les processus suivants, lesquels sont mis en place ou en projet dans votre entreprise?

L’onboarding en tête des préoccupations des entreprises – Source : parlonsrh.com

2) Satisfaire le besoin commun et les carrières individuelles pour garder ses talents 

La gestion de carrière est un processus qui est toujours à mi-chemin entre les besoins de l’entreprise et les attentes des collaborateurs, entre les objectifs de l’entreprise et les capacités individuelles des collaborateurs.

Du côté de l’entreprise, définir des axes de progression

Après avoir fait un bilan clair de la situation actuelle, l’entreprise peut se projeter et faire le point sur ses axes de progression économique. Quels sont les leviers de compétitivité à développer ? Quelles sont les compétences dont l’entreprise a besoin pour se différencier ? Quels sont les axes d’innovation à creuser ?

Du côté des collaborateurs, créer des liens entre attentes individuelles et objectifs réalistes

Mettez en corrélation les attentes des collaborateurs et les besoins de l’entreprise pour identifier les salariés qui sont susceptibles de s’impliquer dans le développement de leur carrière au profit de l’entreprise. Ceux qui sont prêts à suivre des formations, ceux qui disposent déjà de certaines compétences clés, ceux qui souhaitent évoluer, monter en compétence ou prendre des risques sur une création de poste. Servez-vous des entretiens individuels pour appuyer votre analyse.

À lire aussi : Les avantages du recrutement collaboratif 

3) L’expérience collaborateur, comprendre et appliquer ce nouveau concept en entreprise

L’expérience collaborateur, ce concept dérivé de l’expérience client et de l’expérience utilisateur !

L’expérience collaborateur est un concept marketing qui applique les principes d’expérience client ou d’expérience utilisateur aux collaborateurs d’une entreprise. Quand une entreprise mesure l’expérience collaborateur de ses salariés, elle fait le point sur leur satisfaction au quotidien, sur la qualité de leurs équipements et sur leurs besoins afin de proposer ensuite un cadre de travail adapté à leurs attentes. L’expérience collaborateur concerne tous les acteurs du fonctionnement d’une société, à savoir : les salariés, les intérimaires, les stagiaires, etc.

L’expérience collaborateur permet de développer une stratégie économique basée sur l’amélioration de la performance individuelle et collective des salariés avec pour objectif final d’obtenir plus d’efficacité, de motivation et d’engagement de leur part. L’expérience collaborateur vise également à améliorer la relation commerciale entre les clients et les collaborateurs.

Découvrez le principe de symétrie des attentions© qui s’applique à l’expérience collaborateur

L’expérience collaborateur se base sur le principe de « symétrie des attentions » selon lequel si un individu bénéficie d’une qualité relationnelle agréable, il la répercute à son tour sur un tiers. Dans le cadre d’une entreprise, si un collaborateur développe une bonne relation avec ses responsables, ses collègues et son environnement de travail, il est plus enclin à traiter les clients avec la même déférence et entretenir une relation commerciale positive.

L’expérience collaborateur s’intéresse aussi bien aux rapports humains des collaborateurs qu’aux équipements techniques !

L’analyse de l’expérience collaborateur concerne aussi bien l’étude des rapports humains développés en entreprise, des liens qui se forment, du travail en équipe ; que la qualité technique des équipements et des outils dont bénéficient les collaborateurs pour travailler.

D’après le cabinet de conseil l’Académie du Service, l’expérience collaborateur se met notamment en place en valorisant tous les métiers de l’entreprise, en étant à l’écoute des besoins et attentes des collaborateurs, en mesurant l’engagement et la satisfaction des salariés et en démontrant l’implication de l’entreprise par des preuves matérielles concrètes et des services concrets.

À lire aussi  : Quels intérêts à utiliser un logiciel de recrutement ?

Quels sont, pour votre entreprise, les 3 objectifs principaux de l'expérience collaborateur?

Quels sont, pour votre entreprise, les 3 objectifs principaux de l’expérience collaborateur ? – Source : parlonsrh.com

4) La fidélisation du collaborateur à travers l’évolution et la formation continue

La fidélisation du collaborateur nécessite de lui exposer clairement un plan d’évolution clair et transparent. Il doit avoir la possibilité de se projeter dans le futur de l’entreprise. Il est aussi conseillé d’instaurer une communication personnalisée avec chaque collaborateur et de lui faire part de la reconnaissance qu’il mérite. Cette approche est de nature à favoriser la rétention des meilleurs éléments. Pour continuer à les stimuler, il serait judicieux d’instaurer une formation centrée sur le design thinking. Il pourrait constituer l’axe majeur d’un plan d’évolution et de formation continue en raison de ses multiples avantages :

  • Impliquer constamment tous les employés dans un processus d’innovation et de développement : le collaborateur se sentira pleinement engagé dans la conception de toutes sortes de produits ou de services ;
  • Développer un climat de confiance
  • Favoriser une parfaite interaction entre l’individu et le collectif. Le design thinking se fonde sur une approche participative qui se veut ouverte sur l’extérieur. L’harmonie entre l’individu et son environnement immédiat en est la clé ;
  • Tirer le meilleur de l’expérience utilisateur (« démarche UX ») pour enrichir l’expérience collaborateur (« Employee eXperience, EX ») ;
  • Développer simultanément la rigueur et l’ingéniosité, deux qualités complémentaires indispensables à la pérennité d’une entreprise.

La maîtrise du design thinking va favoriser une meilleure digitalisation des entreprises : la conduite des projets ou l’encadrement des équipes seront parfaitement optimisés.

Ce guide de l’engagement des collaborateurs vous fournit un bref aperçu sur les principaux principes à respecter : nécessité de préparer minutieusement le processus de recrutement, importance de l’accompagnement des nouvelles recrues et élaboration d’une formation continue « engageante ».

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Unsplash