Analyses, découvertes et conseils
pour gérer votre recrutement efficacement

Le recrutement nécessite de la méthode et des outils, recevez chaque semaine
notre sélection de conseils en vous inscrivant à la newsletter :

3 pistes pour améliorer le bien-être au travail !

3 pistes pour améliorer le bien-être au travail

D’après l’édition 2019 du Baromètre « Santé et qualité de vie au travail » publié par Malakoff Médéric Humanis, 56% des salariés interrogés considèrent que leur entreprise fait attention à leur bien-être, un chiffre en hausse de 3% par rapport à l’année précédente.

Veiller à préserver un environnement sain permet de prévenir les risques psychosociaux, de préserver la dignité et le bien-être au travail de chacun. Comment améliorer le bien-être au travail ? 3 pistes concrètes dans cet article.

1) La reconnaissance au travail : un levier puissant de bien-être au travail

42% des salariés ne se sentent pas reconnus par leurs dirigeants (11ème édition du baromètre Santé et Qualité de vie au Travail, Malakoff Médéric Humanis 2019)

Un besoin humain fondamental

Le besoin de reconnaissance est inhérent à la condition humaine. Chaque marque de reconnaissance a une conséquence physiologique sur l’individu, la création de dopamine – l’une des hormones du bonheur; et psychologique, car elle renforce le sentiment de construction sociale. Pour simplifier, la reconnaissance rend heureux dans un groupe. Il n’en fallait pas plus pour comprendre le rôle essentiel qu’elle joue dans le bien-être des salariés qui appartiennent à l’une des organisations sociales les plus valorisées de ces dernières décennies : l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un salarié gagne quand il se sent reconnu par l’entreprise ?

La reconnaissance en entreprise booste tout d’abord la confiance des salariés dans leur capacité à agir. Elle renforce ensuite leur sentiment d’utilité au travail, elle donne un sens à leur travail. Enfin, elle renforce leur sentiment d’appartenance au goupe, soit à l’entreprise. Ces trois éléments sont des facteurs de bien-être au travail. À l’inverse, le manque de reconnaissance crée un sentiment de frustration, un manque de confiance en soi, un sentiment d’inutilité qui peuvent déboucher sur du stress au travail ou des risques psychosociaux comme le brown-out et favoriser l’absentéisme.

Comment se manifeste la reconnaissance en entreprise ?

De nombreuses entreprises proposent de plus en plus des formes de reconnaissance matérielles à l’aide de primes individuelles, d’augmentations de salaires, de chèques-cadeaux etc. C’est une façon concrète d’identifier les marques de reconnaissance manifestées par l’entreprise. D’après l’étude publiée par DARES en 2019, « Reconnaissance, insécurité et changements dans le travail »36,8% des sondés s’estiment mal ou très mal payés par rapport au travail qu’ils exécutent pour l’entreprise. Soit plus d’un tiers des salariés qui souffre de ce manque de reconnaissance.

La reconnaissance est également un sentiment qui se manifeste à l’oral, du simple « merci » au discours de remerciement du manager parce que les objectifs ont été atteints. Cette communication orale n’est pas à négliger. Très simple à mettre en place, elle a autant d’impact que des marques de reconnaissance matérielles, voire plus, parce qu’il y a un rapport humain concret qui se crée entre la hiérarchie et ses salariés.

À lire aussi : Coordonnez l’activité de vos recruteurs grâce à un logiciel de recrutement ! 

2) Favoriser l’équilibre vie privée – vie professionnelle 

9 salariés sur 10 considèrent que le manager direct est le garant de l’équilibre des horaires (enquête OpinionWay 2018 pour Horoquartz)

Compter sur le manager, garant des horaires de travail

D’après l’enquête publiée par OpinionWay pour Horoquartz en 2018, près de 90% des salariés comptent sur leur manager direct pour garantir l’équilibre des horaires et ainsi favoriser l’équilibre vie privée et vie professionnelle. Le manager joue donc un rôle pivot pour accompagner les salariés dans leur gestion du temps de travail. À lui par exemple de donner un volume de tâches quotidiennes raisonnable ou de vérifier que les salariés ne font pas trop d’heures supplémentaires. Il peut également recadrer un salarié qui ne sait pas s’arrêter de travailler par peur d’être mal vu, ce que l’on pourrait appeler le présentéisme à l’excès, ou encore proposer des modules de formation pour aider les salariés à aller plus vite en maîtrisant parfaitement les outils numériques dont ils disposent.

Favoriser la flexibilité des horaires et le télétravail partiel

La flexibilité des horaires arrive en tête des moyens proposés pour concilier vie privée et vie professionnelle tandis que le télétravail permet de perdre moins de temps dans les transports en travaillant un à deux jours par semaine depuis son domicile.

De plus en plus d’entreprises mettent au point un système de « plages horaires » pour arriver et partir du travail. Ces plages horaires ont l’avantage d’assurer un minimum d’effectif sur les heures d’ouverture au public pour recevoir les appels tout en rendant le traditionnel « 9h-17h » moins rigide. Un atout aussi bien pour les salariés qui viennent en voiture et n’ont aucun contrôle sur la durée de leur trajet à cause des embouteillages que pour les salariés qui viennent en transports en commun et qui en dépendent directement.

Source : Ebook “Qui sont ces salariés qui voudraient plus de souplesse dans leurs horaires de travail ?”,

Source : Ebook “Qui sont ces salariés qui voudraient plus de souplesse dans leurs horaires de travail ?”, 2018 – lipsafari.com

Encourager ses salariés à avoir des activités en dehors du travail

Dans le cadre du classement 2019 Great Place To Work®nous avions découvert l’entreprise Salesforce qui offre à ses salariés un budget mensuel de 100€ pour s’inscrire à une salle de gym ou à des soins de type massages. Cette proposition, qui permet de préserver la santé physique des salariés, permet également de les encourager à profiter de leur vie en dehors du travail. Une entreprise peut donc mettre en place des actions qui visent à favoriser les activités en dehors du temps de travail ou les moments passés en famille.

À lire aussi : Les avantages du recrutement collaboratif 

3) Développer le relationnel : le rôle de la culture d’entreprise 

L’aspect « relationnel » est primordial dans la perception de la QVT et plus largement du bien-être au travail, il est ainsi indispensable de développer des actions destinées à favoriser une certaine cohésion d’équipe, une bonne entente, une communication interne afin de renforcer un sentiment d’appartenance à l’entreprise. Pourquoi ne pas mettre en place un projet « team building » par exemple ? Ce genre d’action ludique et favorisant la convivialité permettrait de fidéliser vos collaborateurs, et de fédérer !

De plus, communiquer sur ce type d’action vous permettra sans doute de valoriser votre marque employeur et donner l’image d’une entreprise dans laquelle règne une bonne ambiance. Mettez en place toutes sortes d’actions destinées à fédérer vos salariés (organisez des sorties culturelles en équipe, réalisez un journal d’entreprise, faites participer votre entreprise à un événement caritatif, etc.) Tout cela permet aux collaborateurs de se familiariser les uns avec les autres, non seulement dans le cadre de leur travail, mais également en dehors ! En outre, n’omettez pas de rester à l’écoute de vos collaborateurs afin de mieux pouvoir répondre à leurs besoins.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger le chapitre de notre livre blanc « les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement » ou à nous contacter directement.

Crédit photo : Pexels

Livre Blanc : Les outils permettant d’améliorer la qualité du recrutement

Nouvelles formes de sourcing, outils digitaux, découvrez les formidables opportunités pour vos recrutements !